in

L’OMS vient de déclarer la guerre aux acides gras trans industriels

Crédits : PxHere

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient d’annoncer un plan global pour éliminer de l’approvisionnement alimentaire mondial les acides gras trans produits industriellement, et ce d’ici 2023. Ces acides gras seraient responsables chaque année de plus de 500 000 décès liés à des maladies cardiovasculaires.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dévoilait ce lundi une campagne visant à éliminer les acides gras trans industriels, très répandus dans les aliments industriels et dont la consommation en grande quantité est très mauvaise pour la santé. Baptisé REPLACE, le plan exhorte les gouvernements du monde entier à stopper l’utilisation de ces graisses, également connues sous le nom d’huiles partiellement hydrogénées (PHO), le tout d’ici les cinq prochaines années. Ces acides gras se retrouvent dans certaines margarines, les viennoiseries industrielles, les gâteaux et biscuits, les en-cas salés et les soupes déshydratées.

Selon l’OMS, la consommation de graisses trans augmente les risques de maladies cardiaques de 21 % et de décès prématurés de 28 %. Les huiles partiellement hydrogénées conduisent également à une inflammation accrue et à un dysfonctionnement endothélial (relatif aux vaisseaux sanguins), un état qui précède l’athérosclérose – le vieillissement prématuré – et le colmatage des artères. À l’échelle mondiale, environ 500 000 personnes meurent chaque année d’une maladie cardiovasculaire induite par ces acides gras. Les fabricants se défendent en assurant que ces substances prolongent la durée de conservation des aliments et sont moins chères que les produits alternatifs, mais l’OMS conteste ces deux allégations.

« L’essentiel, c’est que cela soit le début de la fin pour les acides gras trans produits industriellement », a déclaré en conférence de presse Tom Frieden, qui dirige le groupe d’action Resolve to save lives associé à l’OMS pour cette campagne, toujours pour éliminer ces acides gras industriels. L’homme a par ailleurs pris l’exemple de la ville de New York qui, en interdisant l’utilisation des acides gras trans dans les restaurants il y a 10 ans, a prouvé qu’ils peuvent être éliminés sans que la saveur des aliments ne soit altérée ou que leur prix ne soit modifié.

Dans ses directives, l’OMS recommande aux gens de réduire leur consommation totale d’acides gras trans à moins de 1 % de leur apport énergétique quotidien total. Donc, pour un régime de 2 000 calories par jour, vous ne devriez pas consommer plus de 2,2 grammes de graisse trans. C’est pour votre bien.

Source