in ,

Les arbres auraient eux aussi un « battement de cœur » !

Crédits : Flickr

Des chercheurs danois ont déclaré avoir fait une découverte surprenante : durant la nuit, les arbres auraient un comportement pouvant être être interprété comme étant un pouls ou des pulsations cardiaques.

Ces dernières années, différentes découvertes ont été faites en ce qui concerne les arbres, et ces derniers ne sont pas prêts d’arrêter de nous étonner. En effet, les arbres auraient développé un système s’apparentant à l’allaitement, et partageraient leur nourriture entre eux par leurs racines. En Australie, les arbres « suent » pour survivre à la sécheresse.

Cette fois, il est question du « battement de cœur » des arbres, comme l’explique l’étude publiée dans la revue Frontiers en octobre 2017 et menée par des chercheurs en biosciences de l’Université d’Aarhus (Danemark). Les pulsations cardiaques dont il est question ici sont si lentes qu’aucun scientifique ne les avaient remarquées auparavant.

Les biologistes danois ont étudié pas moins de 22 espèces d’arbres, et ont remarqué que les branches remuaient légèrement la nuit, un phénomène qui n’aurait absolument rien à voir avec le vent. En effet, ce même phénomène a également été observé sous serre ! Si pour certaines espèces le mouvement est quasi invisible, il est question d’une amplitude pouvant aller jusqu’à 9 centimètres chez d’autres.

Les chercheurs expliquent que les branches des arbres semblent se contracter puis se dilater, et ce mouvement fait logiquement penser à notre propre cœur, pompant et diffusant le sang dans notre corps. Ainsi, les arbres en feraient de même avec l’eau pour diffuser cette dernière dans leur propre organisme. De plus, la pression de l’eau changerait à un intervalle compris entre 2 et 3 heures afin d’opérer cette diffusion, et ce serait à cette occasion que le battement apparaîtrait.

Enfin, il faut savoir que si cette découverte est inédite, les scientifiques éprouvent des difficultés à expliquer complètement le fonctionnement de ce système. Mais les recherches devraient se poursuivre et apporter de nouveaux éléments permettant une meilleure compréhension du phénomène.

Sources : 20 MinutesPositivR