in ,

Des touristes jettent des empreintes de dinosaures d’une valeur inestimable dans un lac de l’Utah

Crédits : Wikimedia Commons / Scott Catron

Des touristes visitant le Red Fleet State Park, dans l’Utah (États-Unis), ont lourdement endommagé un site bordé de centaines de pistes de rapaces préhistoriques. Certaines traces, imprimées dans du grès, auraient été jetées dans un lac voisin.

Selon Devan Chavez, porte-parole de la Division des parcs d’État de l’Utah, au moins 10 des plus grandes empreintes ont disparu au cours des six derniers mois. Celles-ci mesuraient entre 8 et 43 centimètres. Mais n’allez pas tout de suite maudire l’Humanité ou le tourisme : il est probable que ces gens n’avaient aucune idée de ce qu’ils faisaient. Si certaines empreintes sont facilement visibles, d’autres sont en revanche plus difficiles à distinguer.

«C’est devenu un gros problème », note Devan Chavez. «Ils cherchent juste à jeter des pierres. Ce qu’ils ne réalisent pas, c’est que les pierres qu’ils ramassent sont couvertes de traces de dinosaures». Celles-ci – des empreintes à trois orteils – appartiennent très probablement à un dilophosaurus. Vous avez déjà vu cette espèce dans le film Jurassic Park :

Les dilophosaures étaient parmi les plus grands dinosaures carnivores du Jurassique précoce, il y a environ 193 millions d’années. Un spécimen pouvait mesurer jusqu’à deux mètres cinquante de haut, six mètres de long et peser 500 kilogrammes. Leur crâne possédait une paire de crêtes osseuses sur la tête et des articulations qui leur permettaient de plisser le nez. À l’époque, le site sec et poussiéreux d’aujourd’hui ressemblait plus à un marais boueux. Les empreintes de pas ont conduit les paléontologues à déterminer que ces dinosaures s’attaquaient parfois à d’autres pendant qu’ils se reposaient ou buvaient dans les marais. Toutefois, il s’agissait la plupart du temps de charognards.

Les responsables du parc font aujourd’hui tout ce qu’ils peuvent pour protéger ces précieuses empreintes, qui fournissent des informations inestimables sur la région au début du Jurassique. Si certaines empreintes peuvent être sauvées, d’autres sont en revanche perdues pour toujours.

Source