in

Des scientifiques sonnent l’alarme : la prochaine pandémie mondiale pourrait être celle du rhume !

Crédits : iStock

Dans un avenir assez proche, la prochaine pandémie mondiale pourrait être celle du rhume et d’autres maladies respiratoires légères. Des scientifiques américains tentent d’alerter les autorités et le public.

Le Johns Hopkins Center for Health Security de Baltimore (États-Unis) a piloté une nouvelle étude intitulée Les caractéristiques des pathogènes pandémiques. La conclusion de ces recherches peut au premier abord paraître étrange : le rhume et d’autres maladies virales bénignes qui en veulent à notre système respiratoire pourraient avoir raison de l’humanité.

Selon les chercheurs, les hommes se focaliseraient trop sur les virus comme Zika ou Ebola – dont les taux de mortalité sont certes élevés – et laisseraient de côté les pathologies comme le rhume, qui représenteraient pourtant un danger au niveau de leur potentiel pandémique.

Le rapport explique d’ailleurs que le caractère pandémique d’une maladie n’est pas le fait de sa virulence. En effet, les virus qui nous attaquent durant l’hiver tels que le rhinovirus, l’entérovirus ou encore le virus respiratoire syncytial ont un haut potentiel pandémique, bien que la mortalité soit minime.

Les scientifiques estiment qu’un grand nombre de personnes malades au même moment à cause d’un virus peu mortel mais très pandémique peuvent déstabiliser un pays bien plus qu’un virus mortel. L’exemple de la grippe espagnole de 1918-1919 a été donné, durant laquelle des centaines de millions d’individus dans le monde ont été contaminés pour « seulement » 50 millions de morts.

Avant de livrer sa conclusion sur le rhume, le rapport concentre l’avis de 120 spécialistes ayant été consultés pour les besoins de l’étude alors que de nombreuses publications scientifiques ont été passées en revue, toutes traitant des micro-organismes connus potentiellement pathogènes tels que les virus, les prions, les bactéries ou encore les champignons.

Le rhume est un virus à ARN qui se transmet par les airs. Mais avant cela, celui-ci est contagieux durant une période d’incubation asymptomatique (ou avec symptômes légers). Son taux de mortalité est faible mais significatif, et l’humanité dans sa majorité n’est pas immunisée contre lui. Par ailleurs, il n’existe aucune méthode de prévention ni de traitement direct. Également, le rhume est un micro-organisme ayant des facilités à muter afin de pouvoir être pandémique.

La grippe et bien d’autres maladies respiratoires ont toutes sensiblement le même profil, et les chercheurs de l’étude estiment que des efforts doivent être faits afin de ne pas faire d’erreurs de stratégie dans la lutte contre les épidémies. En effet, seule la grippe a réellement fait l’objet d’une attention particulière des autorités sanitaires.

Sources : Science & VieExpress UK