in

Des faons siamois mort-nés dans une forêt ont été découverts !

Crédits : Université de Géorgie

Des chercheurs américains ont été les premiers à pouvoir étudier la gestation arrivée à terme de faons siamois. En effet, cela n’a jamais été le cas auparavant.

Il faut savoir que les cas de cerfs de Virginie siamois sont très rares à avoir été documentés dans la presse scientifique : on en répertorie seulement deux. Les Odocoileus virginianus (cerf de Virginie) récemment étudiés ont été découverts par un cueilleur de champignons en mai 2016 dans le sud-est de l’état du Minnesota.

Il s’agit tout simplement du tout premier cas de faons siamois dont la gestation a été menée à son terme. Par ailleurs, les chercheurs ont pu bénéficier de conditions idéales d’étude, puisque les faons étaient morts depuis seulement quatre jours avant leur découverte. Comme l’explique un communiqué, le spécimen a pu être congelé et a été confié à des chercheurs de l’Université de Géorgie. L’étude portant sur ce cas a été publiée dans la revue The American Midland Naturalist le 8 janvier 2018.

Ainsi, les animaux avaient le corps en commun et deux têtes. Les chercheurs ont pu pratiquer des imageries montrant que certaines côtes – ainsi que la plupart des vertèbres thoraciques – avaient fait l’objet d’une duplication. Ont également été observés deux tractus intestinaux distincts dont l’un visiblement complet, allant de l’œsophage à l’anus.

En revanche, le foie était quant à lui partagé et mal formé, alors que deux cœurs étaient présents, cependant contenus dans un seul sac péricardique. Par ailleurs, les chercheurs ont placé les poumons dans l’eau et le fait que ceux-ci aient coulé a permis de comprendre que les faons étaient mort-nés. En effet, cela suggère que les poumons n’ont jamais été remplis d’air.

Pour l’instant, aucune explication n’a été donnée en ce qui concerne la naissance de ces faons siamois, et cela devrait sûrement prendre beaucoup de temps. En effet, la Science ne parvient pas à l’expliquer clairement, bien que de forts soupçons portent depuis longtemps sur une division anormale des cellules durant les premières étapes du développement de l’embryon.

Source