in

Comment les plus grands dinosaures couvaient-il leurs oeufs sans les écraser ?

Une illustration montre ce qu'un oviraptorosaure plus gros aurait probablement ressemblé à une nidification. ILLUSTRATION PAR ZHAO CHUANG

Imaginez un dinosaure géant ressemblant à un oiseau, pesant aussi lourd qu’un rhinocéros moderne, en train de couver ses œufs. Comment opéraient-ils pour ne pas les écraser ? Si votre réponse immédiate est « soigneusement », c’est un bon début, mais une nouvelle analyse nous donne quelques indices supplémentaires.

Les oviraptorosaures étaient des dinosaures à plumes pourvus d’un bec de perroquet. Bien qu’issus de dinosaures carnivores (des théropodes), ils étaient omnivores ou herbivores. Ils avaient peu ou pas de dents, un museau court et étaient souvent coiffés d’une crête décorative. Certains étaient petits et légers, d’autres gigantesques et très lourds. Le Gigantoraptor par exemple, pouvait peser jusqu’à deux tonnes. Si les petits spécimens pouvaient s’asseoir sur leurs œufs, comment les plus gros couvaient-ils leur progéniture ? En créant des nids avec de gros trous au centre, où ils pouvaient se baisser sans écraser les œufs autour d’eux, selon une nouvelle étude.

« Les oviraptorosaures semblent s’être adaptés pour pouvoir s’asseoir sur leurs griffes, même s’ils étaient gigantesques », explique Darla Zelenitsky, professeure de paléontologie à l’Université de Calgary au Canada, et co-auteure de l’étude. Cependant, aucun oiseau vivant aujourd’hui ne pratique cette technique – bien qu’ils aient évolué à partir de dinosaures théropodes, tels que les oviraptorosaures. « Presque toutes les espèces d’oiseaux modernes s’assoient sur leurs œufs », poursuit-elle. « Les plus gros oiseaux modernes, cependant, sont beaucoup plus petits que le plus grand oviraptorosaure connu ».

Un nid fossilisé d’un oviraptorosaure trouvé en Chine montre cette forme d’anneau avec une grande ouverture centrale. Crédit : KOHEI TANAKA

Les chercheurs ont pour cette étude examiné une quarantaine de nids datés à entre 100 et 70 millions d’années. Ils ont alors constaté que les oviraptorosaures semblaient très pointilleux sur la façon dont leurs œufs étaient disposés dans le nid. Cela s’est d’ailleurs avéré utile, permettant aux chercheurs de mesurer avec précision les diamètres de l’ensemble des nids, ainsi que les trous de beignets au milieu. Les diamètres de l’ensemble des nids variaient d’environ 40 centimètres pour les oviraptorosaures de moins de 40 kg, à près de 3,3 mètres pour les dinosaures de plus de 1,5 tonne. Après avoir mesuré les trous au centre, les chercheurs ont découvert que les oviraptorosaures plus petits étaient assis directement sur leurs œufs, tandis que les plus grands plaçaient les leurs sur un anneau plus éloigné du centre du nid.

Ainsi, les plus grands spécimens pouvaient s’asseoir au centre sur leurs griffes sans faire de dégâts. En revanche, il semblerait qu’ils étaient peu en contact avec les œufs quand ils s’asseyaient. Le maintien de la progéniture au chaud n’était donc probablement pas l’objectif principal, les plus grands spécimens essayant avant tout de ne pas écraser leur progéniture. « Ce comportement de couvaison peut donc avoir été moins efficace chez les grandes espèces », conclut la chercheuse.

Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans la revue Biology Letters.

Source