in

Cette illusion d’optique va vous retourner le cerveau

Crédits : Capture YouTube / Skifbull Channel

Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. Si jamais vous aviez besoin d’une preuve, regardez cette flèche, qui pointe vers la droite, toujours vers la droite. Une prouesse que nous devons à l’incroyable génie du mathématicien et illusionniste japonais Kokichi Sugihara.

Le mathématicien Kokichi Sugihara, de l’Université Meiji au Japon, prouve une fois de plus qu’il est le plus grand inventeur des illusions de notre temps. Au lieu de créer simplement des images qui fondent nos petits esprits, il crée des objets 3D réels qui semblent ignorer les lois de notre univers. Comme cette flèche qui pointe toujours vers la droite. Existe-t-elle réellement ?

(Physicsfun / Instagram)

Tout va bien ? Notez que l’illusion fonctionne toujours, même lorsque la flèche est placée à côté d’un miroir, la version réfléchie pointant toujours vers la gauche, alors que la vraie continue à pointer vers la droite. Si vous êtes heureux d’être parfaitement ignorant de la façon dont fonctionne cette illusion, alors arrêtez vous ici. Sugihara révèle en effet ci-dessous ce tour intelligent (et cela n’a rien à voir avec la magie).

Sugihara utilise ses compétences en tant que mathématicien pour concevoir des objets 3D de forme unique, qui peuvent changer leur apparence en fonction de l’angle dans lequel vous les regardez. Vu d’en haut, cette « flèche » est une forme parfaitement symétrique, mais ambiguë. D’un point de vue différent, cependant, les ondulations au-dessus font qu’un côté semble avoir un bout plus pointu que l’autre, et quand votre cerveau essaie de faire correspondre ce qu’il voit à quelque chose qu’il a déjà vu, une flèche pointant vers la droite est le choix évident. Des contours précédemment cachés déforment ici votre perception lorsque vous regardez l’objet sous un autre angle.

Si vous aimez ce genre de tour, vous allez adorer un exemple encore plus ahurissant du même méfait visuel : «l’illusion du cylindre ambigu». Nous allons vous perdre dans 3, 2, 1 :