in

Voici le robot chauve-souris capable d’apprentissage automatique !

Crédits : capture Youtube / FestoHQ

Le BionicFlyingFox est léger, robuste et est capable de biomimétisme. En effet, ce robot reproduit les techniques de vol des chauves-souris avec une dextérité impressionnante.

Le laboratoire Bionic Learning Network de la société Festo a produit divers robots capables de biomimétisme : citons le SmartBird en 2011 (goéland argenté), le BionicOpter en 2013 (libellule) ou encore les eMotionButterflies en 2015 (papillons). L’entreprise Festo est passée maître dans l’art de concevoir des robots reproduisant diverses techniques de vol que l’on trouve dans la nature.

Le dernier né de l’entreprise est le BionicFlyingFox, imitant la chauve-souris. Ses dimensions sont de 228 cm d’envergure et 87cm de longueur de corps pour seulement 580 grammes. Cette légèreté provient du fait de sa composition : corps en mousse, squelette fait de tiges de carbone fraisées et d’autres pièces issues de l’impression 3D.

Au niveau des ailes – qui sont l’élément essentiel du robot – celles-ci sont chacune séparées en deux parties qui peuvent être dépliées indépendamment l’une de l’autre. Elles sont également recouvertes d’une membrane plastique et actionnées grâce à un moteur de seulement 9 grammes situé dans le corps du robot !

Le robot BionicFlyingFox peut se déplacer dans un espace défini à l’avance de façon semi-autonome. Si le pilote automatique gère le contrôle en plein vol, c’est bien un opérateur qui s’occupe des phases de décollage et d’atterrissage. Par ailleurs, le pilote automatique communique avec un ordinateur central s’assurant que les trajectoires pré-programmées sont suivies. En revanche, le robot calcule lui-même les mouvements d’ailes et est capable d’apprendre, c’est-à-dire optimiser son comportement afin de suivre toujours plus fidèlement les trajectoires définies par l’ordinateur.

« La chauve-souris artificielle fournit également des résultats importants pour l’automatisation industrielle. Dans la production future, l’intelligence du système de contrôle central sera divisée en sous-systèmes et composants. Même des pièces uniques deviendront intelligentes et sauront dans quel produit elles sont fabriquées. Elles pourront ainsi communiquer avec les machines et leur dire comment elles doivent être traitées », a déclaré la société Fresto dans la présentation de son nouveau robot.

Sources : Interesting EngineeringIndustrie & Technologies