in

Des empreintes de dinosaures de 170 millions d’années découvertes en Écosse

Une série d'empreintes de dinosaures rares découvertes sur l'île de Skye, dont celle réalisée par un sauropode de deux mètres de haut, aide les experts à établir les détails d'une période importante de l'évolution des dinosaures. Crédit: Paige dePolo

Des dizaines d’empreintes géantes découvertes sur l’île de Skye, en Écosse, aident à faire la lumière sur une période importante de l’évolution des dinosaures. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le Scottish Journal of Geology.

Ces traces ont été faites il y a 170 millions d’années, dans un lagon boueux et peu profond de ce qui est maintenant la côte nord-est de l’île de Skye, en Écosse. La plupart des empreintes ont été laissées par des sauropodes à long cou – qui mesuraient jusqu’à deux mètres de haut – et par des théropodes de même taille, cousins ​​plus anciens du Tyrannosaurus rex. La plus grande trace mesure 70 cm de diamètre et a été laissée par un sauropode, tandis que la plus grande empreinte de théropode mesure environ 50 cm. La découverte est importante, puisque les traces datant de la période du Jurassique moyen sont en effet très rares.

Les chercheurs ont au total mesuré, photographié et analysé 50 empreintes – difficiles à étudier en raison des conditions de marée. Malgré cela, les scientifiques ont identifié deux pistes en plus de nombreuses empreintes isolées. « C’est la deuxième découverte d’empreintes de sauropodes sur l’île de Skye, légèrement plus anciennes que celles retrouvées à Duntulm », note Paige dePolo, de l’Université d’Édimbourg, qui a dirigé l’étude. « Cela nous démontre que la présence des sauropodes dans cette partie du monde était très forte. La découverte va permettre d’en apprendre davantage sur les dinosaures de la région à l’époque du Jurassique moyen ».

Ici l’empreinte laissée par un théropode carnivore. Crédit : Paige dePolo

« Plus nous observons l’île de Skye, plus nous trouvons d’empreintes de dinosaures évoluant à l’époque où l’Écosse était beaucoup plus chaude qu’aujourd’hui », note Steve Brusatte, de la School of GeoSciences de l’Université d’Édimbourg, qui dirigeait l’équipe sur le terrain.

Rappelons également qu’il y a quelques semaines, une plaque de grès découverte près du Goddard Space Flight Center de la NASA révélait au moins 70 traces de mammifères et de dinosaures, datant de plus de 110 millions d’années. Un rare aperçu de l’interaction entre les mammifères et les dinosaures à cette époque.

Source