in

Des babouins ont mis au point un plan brillant pour s’échapper d’un laboratoire au Texas

Crédits : Capture YouTube / TexasBiomed

Ce week-end, une équipe de babouins s’est échappée d’un centre de recherche au Texas (États-Unis). Une véritable démonstration d’ingéniosité animale, grâce à laquelle ils auront brièvement goûté à la liberté, avant d’être finalement capturés.

L’évasion, qui a eu lieu samedi à l’Institut de recherche biomédicale du Texas (TBRI) à San Antonio, a été rendue possible grâce à l’utilisation intelligente d’un baril bleu d’une contenance de 208 litres. Mais ils ne s’y sont pas cachés : les évadés ont installé leur baril comme une échelle pour les aider à escalader les murs de leur enclos. « Ce sont des animaux très intelligents », a déclaré la porte-parole du TBRI, Lisa Cruz, à Gizmodo. « Nous ne savons vraiment pas comment le baril s’est retrouvé ici, mais d’une manière ou d’une autre il s’est finalement trouvé juste au bon endroit près du mur de l’enceinte pour que les babouins puissent grimper dessus et sauter par-dessus la barrière ».

Notons qu’un quatrième individu a escaladé le mur pour finalement se raviser et rebrousser chemin. Les trois autres ont pris la poudre d’escampette. Deux ont été rattrapés dans des arbres, non loin de l’enclos, mais le troisième a réussi à atteindre une route principale. Une conductrice a même filmé l’animal avec son téléphone portable, montrant du personnel de l’Institut courant derrière le babouin.

Les trois babouins incriminés font partie des 1100 recensés parmi les 2500 animaux au total de l’Institut de recherche biomédicale, qui s’appuie sur ces primates pour étudier des maladies comme le sida, la malaria et le virus Ebola.

L’association de défense des animaux Peta a profité de l’accident pour critiquer l’établissement, affirmant qu’il y avait été observé plusieurs fugues et décès accidentels d’animaux ces dernières années : « Texas Biomed met en danger tout le monde – son personnel, le public ainsi que les (…) primates qu’il retient prisonniers – en emprisonnant des animaux dont le seul désir est de fuir le cauchemar des laboratoires », peut-on lire dans un communiqué.

Source