in ,

Une intelligence artificielle pourra-t-elle décrypter les « visages de marbre » ?

Crédits : iStock

Selon une équipe de chercheurs japonais, il est possible de prédire les décisions prises par Mario Draghi, actuel président de la Banque centrale européenne (BCE). Évidemment, face à cette déclaration, la prudence est de mise.

Utiliser une intelligence artificielle pour prédire les décisions d’un haut fonctionnaire, si l’idée paraît relever de l’impossible, deux chercheurs nippons y croient dur comme fer. Yoshiyuki Suimon, analyste financier et Daichi Isami, chercheur chez Microsoft, n’en sont pas à leur coup d’essai. L’an dernier, le duo avait déjà réalisé une première étude parue dans la revue Japanese Society for Artificial Intelligence (JSAI) et relayée par Reuters.

S’il était question de décrypter les expressions du visage de Haruhiko Kuroda, président de la Banque centrale du Japon, les deux chercheurs du Nomura Research Institute se sont désormais tournés vers Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE) depuis bientôt 7 ans. Le but ? Prédire ses décisions économiques en analysant ses plus fines expressions faciales.

Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne « visé » par deux chercheurs japonais !
Crédits : Wikimedia Commons / Remy Steinegger

Les deux chercheurs ont découpé des extraits vidéo et utilisé Emotion API, un algorithme de reconnaissance faciale développé par Microsoft et disponible dans son cloud. Le programme en question a été pensé pour reconnaître les émotions suivantes : colère, tristesse, bonheur, peur, dégoût, mépris, surprise ou encore indifférence.

Ainsi, Yoshiyuki Suimon et Daichi Isami ont tenté de corréler les micro-variations des expressions faciales de Mario Draghi avec le niveau d’importance de ses annonces faites lors des conférences de presse.

« Draghi, qu’il le fasse consciemment ou pas, semble conserver un plus grand contrôle de ses expressions faciales », a déclaré Yoshiyuki Suimon pour le Japan Times ce 22 mars 2018.

Ces recherches sont-elles à considérer avec sérieux ? Rien ne le prouve puisque le Nomura Research Institute est une société privée et non un institut universitaire. Il est d’ailleurs difficile de sérieusement considérer un concept établissant des corrélations arbitraires entre expressions faciales et la prise de décision, surtout que ces suppositions sont basées sur l’historique des décisions prises dans le passé, et ne sont donc pas objectives.

Sources : Japan TodaySciences et AvenirEuronews