in

Toutes les galaxies semblent avoir une caractéristique surprenante en commun

Crédits : ESO/Futurism

Mesurant les vitesses radiales de l’hydrogène neutre dans environ 130 galaxies, allant de petites galaxies naines irrégulières à d’énormes galaxies spirales, une équipe d’astronomes rapporte que toutes les galaxies, indépendamment de leur taille, prennent environ un milliard d’années pour effectuer une rotation.

Une rotation complète en un milliard d’années environ. Une mécanique céleste bien huilée donc, malgré son apparence chaotique. Cela signifie que le matériel situé sur le bord extérieur d’une galaxie prend environ un milliard d’années pour compléter une orbite autour du centre de la galaxie. Dans le cas de la Voie lactée, ce centre est Sagittarius A*, un trou noir supermassif environ 4 millions de fois plus grand que le Soleil. « Ce n’est pas la précision d’une montre suisse », explique le chercheur principal Gerhardt Meurer, de l’Université d’Australie occidentale. « Mais peu importe si une galaxie est très grande ou très petite, si vous pouviez vous asseoir sur le bord extrême de son disque pendant qu’il tourne, il vous faudrait environ un milliard d’années pour faire le tour ».

Fait intéressant, comme toutes les étoiles de notre Galaxie tournent autour du centre à peu près à la même vitesse, les objets plus proches du centre de cette dernière ne prennent pas autant de temps pour orbiter autour de son centre. C’est pourquoi une année cosmique – le temps nécessaire à notre système solaire pour compléter une orbite – n’est que de 225 à 250 millions d’années. C’est d’ailleurs de là que vient la théorie de la matière noire : il n’y a tout simplement pas assez de masse observable dans la Voie lactée pour expliquer cet effet, à moins d’avoir mal compris la gravité ou d’avoir une masse invisible.

Cette nouvelle découverte signifie donc que dans les galaxies plus petites, le matériau doit se déplacer plus lentement, car il a moins de distance à parcourir dans le même laps de temps. L’équipe note par ailleurs que leur étude pourrait être sujette à quelques révisions. En effet, de toutes les galaxies de l’Univers, peut-être auraient-ils par hasard étudié simplement celles qui présentent les mêmes caractéristiques. D’autres études seront donc nécessaires pour déterminer si ces résultats sont universels.

Source