in

Et si on remplaçait les satellites par des drones solaires ?

Voici le Zephyr T, une des deux déclinaisons du drone dévellopé par Airbus Crédits : Airbus

Nous le savons bien, le fait d’envoyer des satellites dans l’espace est coûteux et risqué, en plus de la question des déchets en orbite. Le projet Zephyr d’Airbus pourrait être une alternative intéressante puisqu’il est question d’un drone de haute altitude dont l’intérêt est bien présent.

Comme un satellite, le drone Zephyr pourrait agir comme un relais d’Internet, surveiller et observer des territoires reculés (observation) ou encore relayer les communications. C’est en tout cas ce que cherche à mettre au point le constructeur aéronautique Airbus depuis quelques années, comme l’indique Air&Cosmos. En effet, Airbus planche sur la notion de pseudo-satellite de haute altitude (High Altitude Pseudo-Satellite – HAPS) depuis 2008.

Sur la page officielle du projet, Airbus liste les avantages du Zéphyr : assurer les mêmes fonctions que les satellites orbitaux, fonctionner exclusivement à l’énergie solaire – via des cellules photovoltaïques – ou encore voler au-dessus des éventuelles perturbations climatiques et du trafic aérien commercial, ce qui en fait un outil sécurisé. Son envergure serait de 22,5 mètres et son autonomie pourrait potentiellement être de plusieurs mois.

Airbus, qui s’est récemment associé au constructeur de Formule 1 Williams pour ce projet, explique que ce pseudo-satellite conçu pour un usage commercial et militaire permettrait d’économiser 2000 tonnes de carburant chaque année. Par ailleurs, le Zephyr s’affranchirait naturellement de tout aménagement relatif aux lancements spatiaux, et ceci représente une économie et une simplicité logistique.

Enfin, il faut savoir que le drone d’Airbus est un dérivé des technologies du drone solaire Zephyr 7, lui-même développé par les équipes britanniques de QinetiQ, une entreprise d’armement et de recherche militaire britannique. Airbus a tout simplement acheté l’activité à QinetiQ en 2013 afin de poursuivre son développement, et désormais le constructeur a décliné son drone en deux variantes : le Zephyr S et le Zephyr T.

Sources : Air&CosmosThe EngineerScience & Vie