in ,

Êtes-vous drogué au fromage ?

Vous laisseriez-vous tenter par un bon morceau de Morbier ? Crédit : Flickr/ Michael Korcuska

Une étude américaine menée il y a quelque temps tendait à prouver que l’addiction au fromage était comparable aux addictions au tabac, à l’alcool ou encore aux drogues. Alors, accrocs au fromage ?

Les amateurs de fromage sont nombreux aux quatre coins du globe et disons-le, notre pays est LA place mondiale du fromage tant le choix y est présent. Le fromage est addictif, il s’agit là d’une réalité et pour la première fois, la science a tenté de déterminer les liens fusionnels entre certains humains et le fromage. Ceci a été le point de départ de l’étude menée par des chercheurs de l’Université du Michigan (États-Unis) et parue en février 2015 dans la revue Plos One.

Relayée à l’époque par le Los Angeles Times, l’étude estime que l’addiction au fromage est comparable aux addictions concernant les drogues, l’alcool ou encore le tabac. Mais en revanche, celle-ci est moins nocive. Cependant, les effets sur notre système cardio-vasculaire sont loin d’être de l’ordre du bienfait, mais cela est une autre histoire.

Les recherches auxquelles 500 étudiants volontaires ont participé se sont intéressées aux processus chimiques et biologiques se cachant derrière cette forme de dépendance. Différents types d’aliments ont été testés durant l’étude, et la pizza a reçu la palme de l’aliment occasionnant la dépendance la plus forte. Pourquoi ? Les chercheurs pensent clairement que la présence de fromage en est responsable.

Les scientifiques ont expliqué que cette addiction alimentaire provenait notamment de comportements ancrés dans nos gènes depuis des millénaires, lorsque l’humain luttait au quotidien pour sa survie, nous faisant ainsi préférer encore aujourd’hui les graisses d’origine animale. Or, les chercheurs ont mis en avant la caséine, une protéine présente dans les produits laitiers qui lors de la digestion, aurait un effet sur notre corps comparable à celui des opiacés.

Le coupable ? La casomorphine, résultant de la dégradation de la caséine du lait et lorsque l’on sait que le fromage est une sorte de concentré de lait à haute teneur en caséine… Ainsi, le fromage pourrait réellement être considéré comme une drogue pour son côté addictif, mais une drogue douce bien sûr !

Source : Slate