in

4 messages d’alerte exprimés par Stephen Hawking envers l’humanité

Crédits : Flickr / Lwp Kommunikáció

Le célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking est mort ce mercredi à l’âge de 76 ans à son domicile à Cambridge. Atteint très tôt de la maladie de Charcot, il avait consacré sa vie à décrypter les secrets de l’Univers. Mais pas seulement. Depuis quelques années, Stephen Hawking se posait également en lanceur d’alerte, communiquant ses inquiétudes relatives au futur de l’humanité.

Il y a beaucoup de mots que nous pourrions utiliser pour décrire Stephen Hawking. Difficile en revanche de savoir si « optimiste » était l’un d’entre eux. « Nous sommes confrontés à un certain nombre de menaces : la guerre nucléaire, le réchauffement climatique et les virus génétiquement modifiés », avait-il déclaré à Radio Times en 2016. « Bien que la probabilité d’un désastre sur la planète Terre au cours d’une année donnée puisse être assez faible, elle s’accumule avec le temps, devenant une quasi-certitude au cours des mille ou des dix mille prochaines années ».

Nous devons nous lever et bouger un peu plus, selon Hawking. En 2016, il fit un discours très sérieux sur nos problèmes de tour de taille. « Aujourd’hui, trop de gens meurent de complications liées au surpoids et à l’obésité », avait-il déclaré dans une vidéo faisant la promotion d’une société suédoise à but non lucratif appelée GEN-PEP. « Nous mangeons trop et bougeons trop peu ». La réponse, selon Hawking, est de manger moins et mieux, de se lever et de se déplacer pendant au moins une demi-heure chaque jour. Ou une heure entière si vous êtes un enfant. « Ce n’est pas sorcier », selon le physicien.

L’intelligence artificielle ? Elle nous remplacera tous. Notre temps dominant cette planète prendra bientôt fin, selon Hawking. Le pire, c’est que nous pourrions déjà avoir franchi le point de non-retour. Dans une interview datant de l’année dernière pour le magazine Wired, Hawking a averti : « Le génie est sorti de la bouteille, je crains que l’IA ne remplace complètement les humains très prochainement ». Le mieux que nous puissions faire, c’est d’interdire l’utilisation de l’IA à des fins militaires, et de faire attention à la façon dont elle prend peu à peu la relève de nos emplois.

Les extraterrestres ? « Plus je vieillis et plus je suis convaincu qu’ils existent », avait-il déclaré en 2016 dans le documentaire Favorite Places. En 2010, le célèbre astrophysicien exprimait en revanche ses réticences quant à la prise de contact avec d’éventuels extraterrestres, errants dans le cosmos à la recherche de ressources pour piller et coloniser d’autres planètes. Il comparait alors le débarquement d’extraterrestres sur notre planète à l’arrivée des Européens sur les terres des Indiens d’Amérique. En d’autres termes, si extraterrestres il y a, mieux vaut faire le dos rond.

Source