in

Nouvelle avancée dans la prévision précoce des éruptions solaires

Crédits : Flickr

Une équipe de chercheurs français vient d’annoncer avoir franchi une nouvelle étape vers la prévision précoce des éruptions solaires. Une très bonne nouvelle quand on sait les conséquences qu’elles pourraient avoir sur Terre.

Ce mercredi 7 février 2018, une équipe de chercheurs français a réalisé une nouvelle avancée dans la prévision précoce des éruptions solaires. Une excellente nouvelle tant cette capacité de prévision est essentielle pour le bon fonctionnement des sociétés terrestres. En effet, les éruptions solaires peuvent toucher l’électronique placée dans les satellites et de cette manière perturber nos systèmes de navigation. Du coup ce sont toutes les communications, les réseaux de distribution d’électricité ou encore les transports qui sont visés, ainsi que les êtres vivants à cause des radiations.

Si une forte tempête solaire devait affecter la Terre comme ce fut le cas en 1859, la facture serait chiffrée en centaines de milliards de dollars. En réalité, il existe une probabilité de 12 % qu’une telle catastrophe survienne dans les années à venir. Un risque qui reste trop grand pour ne pas s’en inquiéter, et pour travailler à les prédire au maximum en amont.

Dirigée par l’astrophysicien Tahar Amari, directeur de recherche CNRS à l’École polytechnique, une équipe de chercheurs français publie ses résultats dans la revue Nature. Ces derniers indiquent que les éruptions seraient le fruit d’un « combat entre une corde magnétique et une cage », elle-même constituée de champs magnétiques.

En 2014, cette équipe de recherche avait déjà découvert que juste avant les éruptions solaires, il se formait une « corde magnétique » au niveau de l’atmosphère de l’étoile. Il s’agit d’une énergie qui augmente au fur et à mesure de son émergence au niveau de la surface du Soleil, et qui est à l’origine des éruptions.

Désormais, cette équipe de recherche a fait une autre découverte. Cette corde se développerait au sein d’une « cage magnétique multicouche jusqu’à vouloir sortir de cette sorte de protection “maternelle” en engageant une sorte de lutte », a déclaré Tahar Amari. « Parfois, c’est la cage qui gagne et malgré les assauts de la corde, elle n’est détruite que partiellement. Parfois, c’est la corde qui gagne et elle parvient à détruire vraiment la cage, donnant une éjection de bulle magnétique » ajoute-t-il. Et selon la puissance de cette éjection, cela peut être plus ou moins dangereux pour notre planète.