in ,

Un médecin lève le voile sur les décès survenant pendant la masturbation

Crédits : iStock

Un médecin allemand a récemment alerté sur les risques de décès liés à l’activité en apparence inoffensive qu’est la masturbation. L’expert estime à 1 ou 2 personnes (par millions d’habitants) le nombre de décès chaque année en Allemagne pour cette raison.

Pour commencer, rappelons que la masturbation, aussi bien chez les femmes que chez les hommes, n’est plus un sujet tabou dans nos sociétés occidentales. Cependant, bien que cette pratique semble être on ne peut plus « sûre », il y a bel et bien des personnes qui en meurent chaque année. Comment cela est-il possible ?

Le médecin légiste allemand Herald Voss a récemment accordé une interview dans le quotidien Bild. L’intéressé a expliqué qu’entre 80 et 100 Allemands meurent chaque année à cause de la masturbation. En revanche, ce dernier a apporté une précision de taille : les décès sont survenus lorsque les victimes ont pris des risques inconsidérés pour intensifier leur plaisir.

Les causes de décès les plus fréquentes en lien avec la masturbation sont les deux pratiques suivantes : le choc électrique et l’asphyxie autoérotique. Cette dernière est causée dans la plupart des cas par une auto-strangulation, une pratique destinée à intensifier le plaisir chez certaines personnes, mais causant par la même occasion une carence d’oxygène dans le cerveau. Or, si l’euphorie sexuelle est le but recherché, les conséquences peuvent être fatales.

Le médecin évoque le blocage des deux artères carotides fournissant l’oxygène au cerveau pouvant faire perdre connaissance à la personne en 30 secondes. Une des conséquences peut être le décès, mais les dégâts sur le cerveau en cas de survie peuvent être irréversibles.

Herald Voss explique également que les hommes sont plus touchés que les femmes, bien qu’il y ait tous les âges. Cependant, il se pourrait que les données officielles soient biaisées, car les proches sont susceptibles de maquiller la scène pour faire croire à un suicide ou à un accident d’une autre nature.

Il existe également une autre façon de se masturber présentant des risques non négligeables : la masturbation avec un aspirateur. Une étude publiée dans la revue Urology en 1985 menée par l’américain Benson RC Jr. avait pour but d’évaluer la prévalence des blessures liées à ce type de pratique. La conclusion estimait alors que les blessures ne sont pas inhabituelles et que cela peut devenir grave, allant jusqu’à la perte du gland du pénis. Au moins dans ce dernier cas, il n’est pas question de décès !

Sources : BildPourquoi Docteur

Articles reliés :

Orgasme mortel : Quand la masturbation féminine tourne à la rupture d’anévrisme

Cet homme a-t-il été pétrifié en pleine masturbation durant l’éruption du Vésuve ?

La sexualité au Moyen-Âge, c’était comment ?