in

L’une des plus anciennes étoiles de la Galaxie vient d’être découverte

Crédits : dom1706 / Pixabay

Une équipe d’astronomes rapporte la découverte de l’une des plus anciennes étoiles de la Voie lactée. De quoi nous en apprendre davantage sur la formation des premiers éléments chimiques dans la Galaxie. Les résultats ont été publiés dans The Astrophysical Journal.

Selon les modèles cosmologiques modernes, le Big Bang a eu lieu il y a environ 13,8 milliards d’années, et a été suivi par une période d’expansion et de refroidissement global. Pendant ce temps, les premiers atomes d’hydrogène se sont formés, combinant protons et électrons, et les forces fondamentales de la physique sont apparues. Puis, environ 100 millions d’années après le Big Bang, les premières étoiles et galaxies ont commencé à se former.

La formation des premières étoiles aura permis la création d’éléments plus lourds, et donc la formation de planètes et de toute la vie telle que nous la connaissons. Cependant, jusqu’à présent, savoir comment et quand ce processus avait eu lieu restait un mystère. Pour étudier la question, il nous faut découvrir les plus anciennes étoiles de notre Galaxie. Et bonne nouvelle : la plus ancienne étoile de la Voie lactée vient d’être découverte.

J0815 + 4729 est une étoile naine chimiquement primitive découverte dans le halo galactique. Vous la retrouverez à environ 7500 années-lumière du Soleil. L’étoile est toujours dans sa séquence principale, et présente une masse faible (environ 0,7 masse solaire), bien que l’équipe de recherche estime que sa température de surface est environ 400 degrés plus élevée – 6 215 K, comparés aux 5778 K du Soleil.

Conformément à la théorie actuelle, l’étoile a donc été dénichée dans le halo galactique. Il s’agit de la composante étendue de notre Galaxie qui dépasse le disque galactique – du moins sa partie visible. C’est dans cette région que les étoiles les plus anciennes et les plus pauvres en métaux se situent généralement. La théorie stipule que ces étoiles pourraient utiliser du matériel provenant des premières supernovae, dont les progéniteurs ont été les premières étoiles massives dans la Galaxie, environ 300 millions d’années après le Big Bang. Cette étoile serait ainsi de seconde génération.

Les données récoltées ont confirmé que l’étoile était pauvre en métaux, ne contenant qu’un millionième du calcium et du fer que contient le Soleil. En outre, l’équipe a également remarqué que l’étoile présentait une teneur en carbone plus élevée que notre Soleil, représentant près de 15 % de son abondance solaire (c’est-à-dire l’abondance relative de ses éléments). En bref, J0815 + 4729 est peut être l’étoile la plus pauvre en fer et la plus riche en carbone actuellement connue des astronomes.

Dans un avenir proche, les spectrographes de la prochaine génération de télescopes pourraient permettre d’en apprendre davantage sur l’abondance chimique de l’étoile. La détection du lithium, par exemple, pourrait nous informer sur la nucléosynthèse du Big Bang. Ces futures observations permettront d’étudier les toutes premières étoiles, formées lorsque l’Univers en était encore à ses balbutiements.

Source