in

Découverte de la supernova la plus lointaine jamais détectée

Illustration artistique d'une supernova / Crédits : iStock

Une équipe internationale d’astronomes confirme aujourd’hui la découverte de la supernova la plus lointaine jamais détectée – une énorme explosion cosmique survenue il y a 10,5 milliards d’années. Les résultats de cette étude ont été publiés dans l’Astrophysical Journal.

Une supernova, c’est une étoile qui meurt. Il s’agit d’une explosion cataclysmique qui, pendant un temps, peut briller plus vivement qu’une galaxie entière composée de centaines de milliards d’étoiles. Récemment détectée dans le cadre de la Dark Energy Survey (DES), cette supernova est nommée DES16C2nm. La DAS est une collaboration internationale visant à cartographier plusieurs centaines de millions de galaxies, et dont le but est de comprendre l’énergie sombre – cette force mystérieuse supposée provoquer l’expansion accélérée de l’Univers.

Cette lumière intense a donc pris environ 10,5 milliards d’années pour atteindre la Terre, ce qui en fait la plus ancienne supernova jamais découverte et étudiée. Rappelons que l’Univers lui-même est censé avoir 13,8 milliards d’années.

DES16C2nm, la plus ancienne supernova jamais détectée. Crédit : Mat Smith et la collaboration DES

DES16C2nm se classe par ailleurs comme une supernova dite « superlumineuse », la catégorie de supernova la plus brillante et la plus rare : « DES16C2nm est extrêmement lointaine, extrêmement brillante et extrêmement rare, pas le genre de chose sur lequel, en tant qu’astronome, on tombe tous les jours », explique Mathew Smith, auteur principal de l’étude, dans un communiqué de l’Université de Southampton (Royaume-Uni).

En plus d’être une découverte très excitante en soi, la distance extrême de DES16C2nm donne aux chercheurs un aperçu unique de la nature de cette supernova. « La lumière ultraviolette nous informe de la quantité de métal produite dans la déflagration et de la température de l’explosion elle-même, qui sont toutes deux essentielles pour comprendre ce qui cause et provoque ces explosions cosmiques », note Mark Sullivan, co-auteur de l’étude. « Trouver des événements plus éloignés, pour déterminer la variété et le nombre de ces événements est la prochaine étape ».

DES16C2nm a été détectée pour la première fois en août 2016, mais sa distance et son extrême luminosité n’ont été confirmées qu’en octobre de l’année dernière en utilisant trois des télescopes les plus puissants au monde : le Very Large Telescope et le Magellan au Chili, ainsi que l’observatoire W.M. Keck à Hawaii.

Source