in

Curiosity fête ses 2 000 jours sur Mars !

Crédits : NASA

Le rover Curiosity fêtait il y a quelques jours un drôle d’anniversaire : ses 2 000 jours sur Mars. Une véritable prouesse quand on sait que la mission ne devait au départ durer que 687 jours.

Le 5 août 2012, après avoir passé plus de 8 mois dans l’espace, le rover Curiosity de la NASA atterrissait sur Mars. Le robot avait des objectifs de recherche plutôt ambitieux. En plus d’enquêter sur le climat et la géologie de Mars, il était également chargé d’en apprendre davantage sur le passé de la planète, et de déterminer si elle avait ou non déjà soutenu la vie microbienne. Plus récemment, le rover franchissait une autre étape importante dans son exploration de la planète rouge. Au 26 janvier 2018, il avait passé au total 2 000 jours sur Mars, soit 5 ans, 5 mois et 21 jours – ou 1947 jours/sols martiens. Au départ, la mission ne devait durer que 687 jours – 668 sols -, soit juste un peu moins de 2 ans.

Pendant tout ce temps, Curiosity n’aura pas chômé, accomplissant quelques exploits majeurs, et les cicatrices sont là pour le prouver. Certaines de ses roues ont été déchirées, trouées, fissurées, et son foret s’est quasiment brisé. Mais il est toujours d’attaque. Le rover grimpe actuellement le mont Sharp afin de recueillir d’autres échantillons du passé de Mars. Vous retrouverez cette montagne au centre du cratère Gale, où Curiosity atterrissait en 2012. Se dressant à 5 500 mètres au-dessus du fond de la vallée, le mont Sharp pourrait s’être formé à partir de sédiments déposés par de l’eau, s’écoulant sur des milliards d’années.

Les théories actuelles suggèrent en effet que Mars avait autrefois une atmosphère plus dense, capable de maintenir l’eau liquide à sa surface. Mais il y a entre 4,2 et 3,7 milliards d’années, cette atmosphère s’est retrouvée dépouillée par le vent solaire, transformant ainsi la planète rouge en un désert froid et sec. Au cours de sa première année, Curiosity avait notamment franchi une étape importante en prélevant des échantillons dans des zones basses qui indiquaient que des lacs et cours d’eau existaient dans le cratère Gale il y a entre 3,3 et 3,8 milliards d’années. En outre, le rover a également obtenu de nombreuses preuves suggérant que le cratère possédait autrefois tous les éléments chimiques et même une source d’énergie nécessaires à la vie microbienne.

À ce stade, on ne sait pas encore combien de temps pourra encore durer cette incroyable mission. Ce dont on est certain, c’est que contrairement au rover Opportunity, alimenté par des cellules solaires, Curiosity dépend de son générateur thermoélectrique à radioisotope multimission (MMRTG). Finalement, ce réacteur à fission lente épuisera son approvisionnement en combustible nucléaire, et le rover sera forcé de s’arrêter un jour. Sans compter une possible défaillance mécanique.

Source