in

Des archéologues découvrent une ancienne nécropole contenant 40 sarcophages en Egypte

Crédits : Wikimedia Commons / NotFromUtrecht

Le ministère égyptien des Antiquités annonçait ce samedi la découverte d’une ancienne nécropole près de la ville de Minya au sud du Caire, dans la vallée du Nil. Une région connue pour abriter les anciennes catacombes de la période pharaonique et de la dynastie ptolémaïque.

Des archéologues égyptiens ont en effet découvert une nécropole contenant 40 sarcophages en pierre, un millier de petites statues et un collier porte-bonheur portant l’inscription « bonne année » écrite en hiéroglyphes, selon le ministre des Antiquités. La nécropole se situe près de Tounah el-Gebel, un site archéologique au sud du Caire. Vous y retrouverez un ensemble de chambres funéraires vieilles de plus de 2 000 ans, datant d’une période allant de la Basse Époque au début de la période ptolémaïque.

« Ce n’est qu’un début et je pense que nous aurons besoin d’au moins cinq années pour achever le travail au sein de la nécropole », a indiqué le ministre, notant au passage que « la découverte est importante et explique plusieurs aspects de la vie des anciens Égyptiens ». Selon Mostafa Waziri, secrétaire général du conseil des Antiquités, huit tombes ont été découvertes jusqu’à présent – les travaux d’excavation ont commencé à la fin de l’année dernière. Il s’attend à ce que d’autres soient découvertes prochainement. Rappelons qu’en 2017, le ministère avait également annoncé la découverte d’une nécropole contenant au moins 17 momies dans la zone archéologique de Tounah el-Gebel. La région est également connue pour ses milliers d’ibis et babouins momifiés.

Les mystères de l’Égypte antique se révèlent encore, petit à petit. Cette nouvelle découverte devrait par ailleurs booster le tourisme égyptien au cours de ces prochaines années, et notamment le tourisme d’antiquité. Si le nombre de visiteurs a augmenté de 54 % l’an dernier pour atteindre 8,2 millions de personnes, ce chiffre reste encore éloigné des 14,7 millions de touristes qui avaient visité l’Égypte en 2010, avant la « révolution du Nil » de 2011.

Source