in ,

À quel âge pouvons-nous commencer à avoir des souvenirs ?

Crédits : Pixabay / jarmoluk

Personne ne se souvient de son premier souvenir ni même du moment où cette faculté est apparue. La communauté scientifique n’est d’ailleurs toujours pas unanime sur la question de savoir à quel âge précisément les premiers souvenirs se forment.

« Demandez à un enfant de trois ans s’il a apprécié sa fête d’anniversaire six mois plus tôt et, potentiellement, il peut vous en relater certains éléments. Reposez-lui la question quelques années plus tard et vous constaterez qu’il n’en a plus aucun souvenir », peut-on lire dans un article du magazine Sciences et Avenir.

Il faut savoir que les enfants perdent la mémoire, il s’agit de l’amnésie infantile – un phénomène identifié dès le XIXe siècle. Cette notion a été source de grands débats et même Sigmund Freud avait tenté de l’expliquer en l’incluant dans une problématique œdipienne. En tout cas, les philosophes ont été les premiers à émettre leurs théories et à penser notamment qu’un manque de perception de soi et l’acquisition encore imparfaite du langage inhibaient la création d’un souvenir.

Par le biais d’expériences sur des animaux, les neuroscientifiques ont pu apporter quelques réponses. Il s’avère que la croissance rapide des neurones dans l’hippocampe, alors que ce dernier est en plein développement, peut perturber le circuit cérébral. Ainsi, les premiers souvenirs sont stockés si profondément dans le cerveau que ceux-ci deviennent inaccessibles. Citons également une seconde raison de l’apparition de l’amnésie infantile : le cortex préfrontal, autre zone du cerveau déterminante pour les facultés liées à la  mémoire. Celle-ci, comme l’hippocampe est en cours de développement à cette période.

En 2014, l’Université Emory d’Atlanta (États-Unis) a mené une étude sur 83 enfants âgés de 3 ans interrogés chaque année entre les âges de 5 à 9 ans. Selon les résultats, les enfants de 5 à 7 ans se souviennent de 60 % des événements du début de leur vie, contre 40 % pour les 8 à 9 ans. Ainsi, les souvenirs peuvent apparaître très tôt, mais sont déjà susceptibles de disparaître en grande partie au cours de l’enfance en raison du développement du cerveau.

Sources : Sciences et AvenirMédisite