in

Des textes vieux de 300 ans découverts dans l’épave du navire de Barbe Noire

Crédits : DNCRNC

Plus de trois siècles, c’est le temps qu’il aura fallu à de vieux textes pour être retrouvés, après avoir coulé avec l’épave du navire du célèbre pirate britannique Barbe Noire. Des pages de textes qui étaient utilisées pour charger les armes.

C’est en 1996, au large de la Caroline du Nord aux États Unis, qu’était découverte l’épave du Queen Anne’s Revenge, le navire amiral de l’un des plus célèbres pirates britanniques du XVIIe-XVIIIe siècle, Edward Teach, que l’on connaît mieux sous le surnom de Barbe Noire, trois siècles après avoir coulé. Aujourd’hui encore, on en apprend un peu plus sur ce fameux pirate.

En effet sur ce navire, des pages de livres étaient utilisées pour charger les armes. En 2016, ce sont donc 16 fragments de pages qui ont été découverts, remplis de boue, dans les vestiges des armes à feu ayant été sorties de l’eau. Des fragments minuscules dont la taille est comparable à celle de confettis ont pu, grâce à un travail exceptionnel de restauration, être conservés et déchiffrés.

« C’est lors du nettoyage du bloc métallique recouvert de concrétions que les fragments de papier sans doute utilisés comme bourre ont été retrouvés à l’arrière de l’arme, derrière le canon, où ils assuraient une meilleure étanchéité du mécanisme d’explosion lors du tir », écrit Sciences et Avenir.

Fait étonnant, des mots apparaissaient encore sur quelques fragments de papier, et ils ont permis de retrouver leur texte d’origine. Plusieurs mois ont été nécessaires aux scientifiques pour cela. Un mot en particulier a été isolé sur les 16 fragments de papier collectés, le mot « Hilo ». Il a permis de découvrir que ces textes provenaient d’une première édition du Voyage à la mer du Sud du capitaine Edward Cooke publié en 1712. Ce livre raconte l’histoire qui est à l’origine d’un ouvrage bien plus célèbre paru en 1719, Robinson Crusoe, écrit par Daniel Dafoe.