in

Non, cet astronaute japonais n’a pas grandi de 9 cm !

Crédits : Norishige Kanai sur Twitter

Un astronaute japonnait en mission à bord de la Station spatiale internationale (ISS) a déclaré que sa taille avait augmenté de 9 centimètres avant de comprendre son erreur.

« Nous avons mesuré nos corps après être entrés dans l’espace, et wow, j’avais grandi jusqu’à 9 centimètres ! » a tweeté l’astronaute japonais Norishige Kanai ce 8 janvier 2018.

Le fait est que l’intéressé s’est ensuite rendu compte que la mesure était erronée, car ce dernier avait bel et bien grandi mais de deux centimètres seulement. En effet, la mesure semble avoir été mal prise, si bien que l’astronaute qui s’inquiétait de ne pas pouvoir entrer dans le véhicule spatial Soyouz lors du retour sur Terre s’est dit soulagé. Il n’a pas manqué de s’excuser auprès du grand public qui disons-le, avait vivement réagi à l’annonce initiale.

Alors que les conséquences d’un voyage dans l’espace sur le corps humain sont nombreuses et plutôt négatives car mettant ce dernier à rude épreuve, un de ces effets est le gain de taille. Il s’agit d’une notion déjà communiquée par la NASA en 2013 expliquant qu’une mission spatiale pouvait être source d’augmentation de la taille à raison de 3 %, soit 5 cm pour une personne mesurant 1m80.

Cependant, ce processus n’est pas le même que celui en vigueur chez un enfant en pleine croissance. Ce dernier s’explique par la gravité plus faible à bord de l’ISS en orbite, augmentant le volume des disques intervertébraux, c’est-à-dire une allonge de la colonne vertébrale de façon mécanique. En revanche, lors de leur retour sur Terre, les astronautes retrouvent leur taille normale après quelques mois, preuve qu’il ne s’agit pas d’un processus irréversible.

Il faut savoir que les astronautes subissent habituellement une batterie de tests dès leur retour. Il est question de savoir à quel point les voyages spatiaux peuvent impacter physiologiquement le corps humain, et pourquoi pas d’obtenir des informations permettant de traiter des maladies terrestres.

Dernièrement, une équipe de chercheurs allemands avait évoqué un phénomène baptisé  « fièvre de l’espace », c’est-à-dire l’augmentation de la température corporelle causée par l’apesanteur, a fortiori en cas d’efforts physiques. Ces recherches permettront notamment de comprendre comment notre corps continuera à s’adapter aux changements climatiques sur notre planète.

Sources : NumeramaRTBF