in

Israël : un site archéologique préhistorique découvert près d’une autoroute !

Crédits : Israel Antiquities Authority (AAI)

Non loin de la ville de Tel Aviv, des archéologues ont découvert un site préhistorique datant de 500 000 ans où se trouvent des centaines d’objets témoignant du passage de l’homme. Cet endroit a été qualifié de « paradis » par les chercheurs.

Selon Ran Barkai, directeur du département d’archéologie à l’Université de Tel Aviv, les fouilles du site de Jaljulia (à 30 km au nord-est de la ville) ont permis de découvrir un paysage « incroyablement préservé ». Ce site, qui se trouve à proximité d’une des autoroutes les plus fréquentées du pays aurait été selon les chercheurs un « paradis » pour les chasseurs-cueilleurs d’il y a environ 500 000 ans.

Maayan Shemer, directrice des fouilles pour l’Autorité des antiquités d’Israël (AAI), estime que le site « est incroyable du fait de l’état de préservation des pièces » retrouvées et a une réelle importance dans « notre connaissance de cette ancienne culture matérielle ». L’intéressée affirme que les études approfondies de ces objets donneront de nombreuses indications permettant de mieux comprendre le style de vie et les comportements de l’époque.

Crédits : Israel Antiquities Authority (AAI)

Il y a un demi-million d’années, un cours d’eau traversait le site et la végétation y était abondante, ce qui amenait les humains à y revenir régulièrement, comme l’explique Ran Barkai :

« L’eau charriait des nodules de silex depuis les collines, qui étaient ensuite utilisés pour fabriquer des outils sur place. Elle attirait aussi des animaux qui étaient chassés et abattus ici même. Tout ce dont les hommes préhistoriques avaient besoin se trouvait ici. »

Parmi les objets retrouvés, il y a des centaines de têtes de hache – ou hachereaux. Cette découverte, prouvant que des objets en pierre étaient transformés intentionnellement par les humains, a été rattachée par les chercheurs à la culture acheuléenne, c’est à dire aux Homo Erectus et aux premiers Homo Sapiens (entre 200 000 et 1,5 million d’années avant notre ère). Cette culture implique entre autres le façonnage de bifaces de forme ovale ou de poire servant aussi bien pour le dépeçage d’animaux que pour creuser la terre.

Cette découverte a également permis de comprendre que les humains de l’époque possédaient une mémoire spatiale aiguë, leur permettant de revenir sur le site de façon saisonnière.

Sources : The GuardianThe Daily MailMaxiSciences