in

Villes surpeuplées : pourra-t-on bientôt habiter sous terre ?

Crédits : Thomas Bresson via Wikimedia

En réponse au problème de manque d’espace constructible, les autorités hongkongaises ont décidé d’explorer la possibilité d’aménager les sous-sols. Aller chercher de l’espace dans les souterrains, une vraie solution ?

La région administrative chinoise de Hong Kong s’est toujours trouvée dans une problématique de manque d’espace constructible, c’est pour cette raison que, parfois, l’impression d’étouffement se fait sentir : fortes densités de populations et gratte-ciels innombrables.

Il faut tout de même savoir que plus de 7 millions d’habitants sont repartis sur un peu plus de 1 000 km2 (densité : 7 804 habitants au km2) mais que 41 % de cette surface est dédiée aux parcs. En effet, ce territoire est accidenté, comportant de nombreuses collines rendant impossible la construction de nouveaux bâtiments. Dernièrement, nous évoquions ce problème avec l’apparition de cimetières en réalité virtuelle dans cette ville. Le constat est là : Hong Kong est une cité ayant déjà de grandes difficultés à loger les vivants alors que les prix de l’immobilier montent en flèche.

Dernièrement, le Département d’Ingénierie civile de Hong Kong a ressorti des tiroirs une des solutions déjà envisagées il y a quelques années, celle d’aménager les sous-sols. En 2011, une étude de faisabilité avait été menée et les résultats ont désigné 48 sites où il serait possible de construire des cavernes.

L’idée est la suivante : utiliser ces cavernes pour stocker tout ce qui n’aurait pas un besoin vital de rester à la surface. Ainsi, il ne s’agit absolument pas d’entasser la population dans ces lieux. Il s’agit plutôt de réinstaller en sous-sol des parkings, des stations d’épurations, des archives ou encore des crématoriums, entre autres. Cela pourrait donc libérer de l’espace pour loger les habitants.

« Quand nous essayons de transférer des infrastructures en sous-sol, cela nous donne l’opportunité de redesigner une zone entière », explique Edward Lo, chef plan de développement de la ville, des propos recueillis par Wired.

Le principal côté sombre de ce genre d’aménagement colossal est le coût financier. En effet, le coût de l’aménagement d’un simple parking pourrait atteindre 6,5 millions d’euros ! Cependant, les autorités de la ville semblent motivées à mener à bien ce genre de projet et les finances ne semblent pas être un problème. Les premiers gros travaux pourraient démarrer dès l’année prochaine ou dans deux ans.

Sources : WiredSlate