in ,

Découverte de tiques piégées dans de l’ambre il y a 100 millions d’années !

Crédits : Penalver et al., Nature Communications

Nous avons maintenant de bonnes raisons de croire que les tiques suçaient le sang des dinosaures comme certains chercheurs le soupçonnaient. En témoigne la découverte d’un morceau d’ambre birman datant de 99 millions d’années.

Les tiques suçaient-elles le sang des dinosaures ? C’est fort probable. À l’intérieur d’une ambre birmane, des chercheurs ont en effet découvert une tique saisissant une plume, censée être celle d’un des dinosaures de la période du Crétacé, il y a 145 à 66 millions d’années. Une découverte remarquable, tant les fossiles de parasites hématophages directement associés aux restes de leur hôte sont rares. Le nouveau spécimen est par ailleurs le plus ancien connu à ce jour.

« Les tiques sont des organismes parasitoïdes qui ont un impact considérable sur la santé des humains, du bétail, des animaux domestiques et même de la faune, mais jusqu’à présent, on ignorait leur rôle sur des échelles de temps géologiques« , note Enrique Peñalver de l’Institut géologique espagnol (IGME) et principal auteur de l’étude.

Nous savons que des tiques, des moustiques et d’autres suceurs de sang existaient à l’époque des dinosaures, grâce à la façon dont certains d’entre eux ont été préservés en se laissant piéger dans la sève, mais les chercheurs ignoraient encore de quoi ils se nourrissaient. Ou plutôt de qui. Les dinosaures figuraient probablement au menu, mais jusqu’à présent, c’était juste une hypothèse. Cette nouvelle découverte offre donc la première preuve directe d’une relation parasite-hôte précoce entre les tiques et les dinosaures à plumes.

Crédits : Penalver et al., Nature Communications

Même si un parc à thème de dinosaures est encore hors de question, ces résultats peuvent nous en apprendre davantage sur les animaux et insectes vivants sur Terre il y a quelques 100 millions d’années. « Les registres fossiles nous disent que les plumes comme celle que nous avons étudiée étaient déjà présentes sur un large éventail de dinosaures théropodes qui est un groupe qui incluait des formes terrestres sans capacité de vol ainsi que des dinosaures ressemblant à des oiseaux capables de voler », selon le Dr Ricardo Pérez-de la Fuente, chercheur au Musée d’histoire naturelle de l’Université d’Oxford et l’un des auteurs de l’étude. « Même si nous ne sommes pas certains du type de dinosaure dont se nourrissait la tique, l’âge moyen de l’ambre birman confirme que la plume n’appartient certainement pas à un oiseau moderne, car elle apparaît beaucoup plus tard dans l’évolution du théropode selon les preuves fossiles et moléculaires« .

Dans un autre bloc d’ambre, les chercheurs ont par ailleurs identifié une nouvelle espèce de tique baptisée Deinocroton draculi, ou « tique terrible de Dracula », mais le lien avec le sang de dinosaure est ici indirect. Impossible de déterminer à quel animal il appartenait.

Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans la revue Nature Communications.

Source