in

Comme les primates, les pigeons distinguent les concepts d’espace et de temps

Crédits : oubda_msi/Pixabay

Plus on en apprend sur le pigeon et plus on se rend compte à quel point cet être vivant est intelligent. Dernière découverte en date réalisée par des chercheurs américains, les pigeons sont capables de déterminer les notions de temps et d’espace. 

À l’instar de tous les grands singes, et donc des humains, les pigeons sont capables de faire la distinction entre les concepts abstraits de temps et d’espace. Tels sont les conclusions d’expériences menées par des chercheurs américains, qui publient ces derniers dans la revue Current Biology.

« La capacité cognitive des oiseaux est encore plus proche de celles des humains et des grands singes. En fait, ces systèmes nerveux aviaires ont beaucoup plus de capacités que ne le suggère l’expression péjorative : avoir une cervelle d’oiseau », écrit Edward Wasserman, professeur de psychologie expérimentale à l’Université d’Iowa, aux États-Unis, dans un communiqué de l’Université.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont montré à des pigeons une ligne horizontale statique, qui apparaissait pendant deux ou huit secondes, sur un écran d’ordinateur. La ligne mesurait parfois six centimètres de longueur, et parfois 24. Les oiseaux pouvaient ainsi choisir entre quatre symboles visuels pour indiquer si la ligne qu’ils voyaient était longue ou courte, ou si elle apparaissait brièvement ou plus longtemps. Toute bonne réponse était récompensée par de la nourriture. Le test est ensuite monté en difficulté, à savoir que la taille et la durée d’apparition de la ligne variaient, et ce de manière aléatoire.

Les pigeons ont été le plus souvent capables de déterminer que les lignes qui apparaissaient plus longtemps étaient également les plus longues, expliquent ces chercheurs. Selon le professeur Wasserman, cela indique que les pigeons utilisent la même région cérébrale pour jauger l’espace et le temps. Cela laisse penser que ces concepts abstraits ne sont pas traités séparément dans leur cerveau. La même chose a été constatée lors de tests menés avec des humains et des singes, bien que les pigeons utilisent une autre région cérébrale. En effet, chez les primates et les humains, c’est le cortex pariétal du cerveau qui traite ces informations abstraites de l’espace et du temps, mais les pigeons sont dépourvus de cette zone du cerveau.