in

Un nouvel album de Black Metal est disponible, et il n’a rien d’humain

Crédits : Dadabots

Une intelligence artificielle vient de produire un album de black métal à cinq titres intitulé « Coditany of Timeness ». Les chansons ont été produites en formant un réseau de neurones.

De la musique à la pochette de l’album, en passant par le nom des chansons, tout est ici « artificiel ». L’album « Coditany of timeness », fruit d’un projet entrepris par CJ Carr et Zack Zukowskia, était composé de A à Z par des algorithmes. Et musicalement parlant, c’est plutôt bon. Ce premier album signé Dadabots a ici été créé par un réseau de neurones en s’inspirant d’un groupe de métal nommé Krallice. Écoutant tous les morceaux et décortiquant chacune des mélodies proposées, l’intelligence artificielle a ensuite créé les siennes, plus ou moins semblables. Plusieurs millions de répétitions ont été nécessaires avant d’aboutir, au final, à un album très correct.

Le nom de l’album et les titres des chansons ont été conçus par une autre intelligence artificielle. L’illustration de la couverture de l’album par un autre. CJ Carr, l’un des créateurs de l’algorithme qui a composé l’album, a déclaré au site The Outline : « Au début de son apprentissage, les sons générés étaient assourdissants et même un peu grotesques. Mais à force de l’entraîner, on a fini par distinguer des sonorités inspirées de la musique originale, sur laquelle elle a été formée ».

Les techniques d’apprentissage automatique permettent à l’I.A. de passer au crible une énorme quantité de contenu et de produire quelque chose de complètement nouveau basé sur ces influences. Au final, le résultat est ici assez bluffant. Dans l’ignorance, on ne se douterait évidemment pas que cet album n’a rien d’humain.

L’intelligence artificielle a déjà prouvé qu’elle était capable de conduire des voitures, de battre l’Homme au jeu de Go, ou même de rendre des réacteurs nucléaires plus sûrs. Aujourd’hui, l’I.A. est utilisée pour créer un album de black métal qui déchire tout aussi violemment que toute autre musique produite par des humains. La perspective est fascinante.

Source