in

La NASA prévoit d’envoyer un robot pour déceler la vie sur Encelade

Crédits : Nasa

Les chercheurs soupçonnent que la vie pourrait exister sous la croûte glacée de la petite lune de Saturne, Encelade. La NASA confirmait il y a quelques jours son soutien pour le développement d’un nouveau périphérique ultra-sensible qui pourrait leur permettre de le découvrir une bonne fois pour toutes.

Un nouvel instrument pourrait bientôt voir le jour, installé sur une future sonde. Son but : déterminer si oui ou non Encelade est habitable. Une prochaine mission pourrait en effet emmener avec elle un nouveau spectromètre : le Subelimeter Enceladus Life Fundamentals Instrument (ou SELFI, en abrégé). L’instrument, proposé par une équipe du Goddard Space Flight Center de la NASA, vient de recevoir le soutien de l’agence américaine pour son développement. Une fois en orbite rapprochée, son principal objectif sera d’étudier la composition de la vapeur d’eau crachée au pôle Sud d’Encelade.

Avant Cassini, les scientifiques pensaient que la surface d’Encelade était gelée. Les données de la sonde ont cependant révélé une légère oscillation dans l’orbite de la Lune qui suggérait la présence d’un océan liquide intérieur. Autour du pôle Sud, la glace craque et forme ainsi des fissures d’où s’échappent les vapeurs d’eau et les molécules organiques. Cassini aura au total découvert une centaine de ces fissures d’où émanent des panaches crachant continuellement dans l’espace des particules de glace, de la vapeur d’eau, du dioxyde de carbone, du méthane et d’autres gaz. Le but est maintenant de comprendre ce qui se cache réellement sous la surface. D’où l’intérêt porté à ce nouvel instrument.

« Les longueurs d’onde submillimétriques nous permettent de mesurer la quantité de différentes molécules dans un gaz froid », explique le chercheur principal Gordon Chin dans un communiqué de presse de la NASA. « Les molécules telles que l’eau et le monoxyde de carbone, et d’autres, sont comme des petites stations de radio qui diffusent sur des fréquences très spécifiques et qui nous disent, » hey, je suis de l’eau », ou « je suis monoxyde de carbone ». En permettant aux scientifiques d’identifier et de mesurer ces traces chimiques dans les panaches d’Encelade, SELFI pourrait nous permettre de comprendre l’océan sous la croûte glacée de la Lune. Toute nouvelle information sur sa composition pourrait ainsi conduire les chercheurs sur la voie de la découverte de la vie sur un autre monde.

Bien que SELFI ne soit pas le premier dispositif submillimétrique à longueur d’onde mis au point, il représentera une amélioration significative par rapport aux systèmes existants. « Les lignes spectrales sont si discrètes que nous pourrons identifier et quantifier les produits chimiques sans aucune confusion », indique Paul Racette, ingénieur sur le projet. L’hydrogène, mais aussi 13 autres espèces moléculaires, pourront être détectées par ce nouvel instrument. Si par ailleurs les chercheurs ne trouvent aucun signe de vie passée ou présente sur la lune de Saturne, SELFI pourrait ensuite être utilisé sur d’autres corps glacés dans le Système solaire externe.

Encelade attire décidément tous les regards. Le milliardaire russe Yuri Milner a en effet récemment jeté son dévolu sur la lune de Saturne. L’homme, qui a fondé le projet Breakthrough Starshot, qui vise à envoyer de petites sondes sur Alpha Centauri, annonçait il y a quelques jours son intention de financer une mission visant à explorer la lune de Saturne. À ce stade, les plans de Milner sont en revanche loin d’être concrets et aucune information supplémentaire n’a été dévoilée.

Source