in

L’« Artificial Intelligence Index » créé pour évaluer les progrès technologiques

Crédits : iStock

Une équipe d’experts de l’intelligence artificielle a été mandatée par de grandes sociétés pour créer un indice destiné à mesurer l’état d’avancement des progrès technologiques et de la recherche.

L’AI100 est une équipe de chercheurs spécialisés dans l’I.A. issus des universités américaines de Stanford, Harvard, Oxford ainsi que du MIT. Le projet d’élaboration de l’Artificial Intelligence Index (AI Index) a été financé par des firmes telles que Google, Microsoft ou encore Toutiao, une plateforme chinoise de contenu d’informations et de nouvelles alimentée par la technologie de l’intelligence artificielle.

Le but de cet AI Index, qui est édité sous forme de rapport annuel (PDF en anglais/101 pages) est de proposer un état des lieux des avancées en matière d’intelligence artificielle et d’une manière générale, des progrès technologiques. Il s’agit donc d’un indice, comme peu l’être le PIB en économie.

« Les efforts fournis par l’AI100 ont permis de réaliser que pour fournir un état des lieux régulier de l’IA, un ensemble de données plus important serait incroyablement utile. Nous sommes très heureux d’alimenter l’AI Index, qui permettra à l’AI100 de s’informer pendant que le développement se poursuit »,
explique Russ Altman, professeur de bio-ingénierie ayant participé au projet.

Le rapport est basé sur 18 vecteurs aussi variés que l’industrie, la formation, l’intérêt du grand public ainsi que les programmes open source, la reconnaissance vocale ou encore la vision par ordinateur. Il faut également savoir que l’AI Index prend en compte la place de l’I.A. à l’université, la création de start-ups dédiées, la création d’emploi ainsi que la quantité d’articles scientifiques publiés. Est également considérée la place occupée par l’I.A. dans les médias ainsi que dans l’intérêt des individus, notamment au niveau des recherches faites via Internet.

« À bien des égards, nous menons nos discussions sur l’intelligence artificielle à l’aveugle et ils nous manquent des données pour évaluer l’activité de manière crédible. L’objectif de l’AI Index est de fournir un outil de mesure basé sur les faits, à partir duquel nous pouvons suivre les progrès et alimenter une conversation plus profonde sur l’avenir du champ. L’AI index sera un succès seulement s’il s’agit d’un effort communautaire », indique Yoav Shoham, professeur émérite d’informatique, également membre de l’AI100.

Ce premier rapport dresse quelques constats comme une augmentation du nombre de sociétés créées ainsi que le nombre de publications scientifiques, celles-ci ayant été multipliées par 9 au cours des deux dernières décennies. Les progrès pratiques ont également été évoqués, entre autres au niveau des reconnaissances vocale et visuelle, la détection d’objets ainsi que le traitement du langage naturel.

Au passage, les experts saluent l’important apport du deep learning et évoquent la preuve de la pertinence des I.A. dans les jeux, tels que les échecs, le jeu de Go ou encore plus récemment au poker. Les spécialistes indiquent que les systèmes se rapprochent de plus en plus des performances humaines et ce dans davantage de domaines mais que le chemin reste encore long malgré les progrès déjà effectués. L’AI Index devrait dès l’année prochaine intégrer des analyses portant sur des données plus globales à l’échelle du monde et se défaire d’une évaluation un peu trop portée sur les innovations en provenance des États-Unis.

Sources : Actu IALes Echos