in

Les dinosaures à plumes étaient encore plus « moelleux » que nous le pensions

La représentation la plus fidèle, à ce jour, d'un dinosaure ayant vécu il y a environ 150 millions d'années. Crédits : Rebecca Gelernte

Les dinosaures à plumes étaient encore plus « moelleux » que nous le pensions, révèle une étude menée sur un fossile exceptionnellement bien conservé d’Anchiornis, un petit dinosaure de la taille d’une dinde qui évoluait sur Terre il y a environ 150 millions d’années.

Les cuisses d’une poule, une queue élancée, des bras qui ressemblent à des ailes : l’Anchiornis mesurait 12 centimètres de haut et possédait déjà certaines des caractéristiques propres aux oiseaux modernes, révélait il y a quelques mois une étude publiée dans la revue Nature Communications. « Nous avons même trouvé, sous les pattes de l’Anchiornis, des coussinets identiques à ceux des poulets d’aujourd’hui », expliquait alors Michael Pittman de l’Université de Hong Kong et coauteur de l’étude. Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Bristol nous révèle aujourd’hui de nouveaux détails sur les plumes de ces dinosaures, permettant d’affiner ce qui est potentiellement la représentation la plus précise de toutes les espèces de dinosaures à ce jour.

Les oiseaux sont les descendants directs d’un groupe de dinosaures carnivores à plumes. Mais il s’avère que ces anciennes plumes étaient légèrement différentes. Celles qui tapissaient le corps d’Anchiornis, par exemple, présentaient une forme primitive, récemment décrite, éteinte, constituée d’une courte plume avec de longues barbes flexibles et indépendantes. De telles plumes auraient donné à l’animal un aspect pelucheux comparé aux corps aérodynamiques des oiseaux volants modernes, dont les plumes ont des aubes étroitement zippées formant des surfaces continues. Les plumes hirsutes d’Anchiornis auraient par ailleurs pu affecter la capacité de l’animal à contrôler sa température et à évacuer l’eau. En d’autres termes, ces anciennes plumes étaient moins efficaces que les plumes des oiseaux modernes.

En outre, Anchiornis et d’autres dinosaures plumes présentaient non pas deux, mais quatre ailes, avec de longues plumes sur les pattes en plus des ailes, ainsi que des plumes allongées formant une frange autour de la queue. Cette augmentation de la surface a probablement permis ces animaux de planer avant l’avènement du vol propulsé.

Source