in

Des chercheurs dévoilent le squelette quasi-complet d’un australopithèque vieux de 3,67 millions d’années

Crédits : University of the Witwatersrand

Des chercheurs sud-africains dévoilaient ce mercredi le squelette quasi complet du fameux australopithèque Little Foot, vieux de 3,67 millions d’années, dont la reconstitution doit éclairer d’un jour nouveau la vie de ces très lointains ancêtres.

C’est, de loin, le squelette le plus complet d’un hominidé jamais découvert en Afrique du Sud, vieux d’environ 3,67 millions d’années. Son nom : « Little Foot » — retrouvé en Éthiopie en 1994 par le paléontologue britannique Ron Clarke dans une grotte de Sterkfontein, près de Johannesburg, le squelette ne présentait au départ que quatre orteils. Il aura finalement fallu plus de vingt ans pour en extraire minutieusement toutes les pièces et présenter le fossile aujourd’hui quasi complet.

« C’est l’une des découvertes fossiles les plus remarquables de l’histoire de la recherche sur les origines humaines et c’est un privilège de dévoiler aujourd’hui une découverte aussi importante, explique le paléontologue. Cela nous a pris beaucoup de temps parce que nous avons choisi d’exhumer le fossile dans la grotte même. Les os étaient extrêmement fragiles », a-t-il ajouté, précisant avoir agi « comme un chirurgien ». Reconstitué à 90 %, Little Foot est aujourd’hui le squelette le plus complet d’un humanoïde âgé de plus d’un million et demi d’années à la disposition des chercheurs.

Little Foot n’est pas le plus ancien squelette d’hominidé jamais trouvé — cet honneur revient à Ardi, qui vivait en Éthiopie il y a 4,4 millions d’années. Mais Little Foot est significativement plus complet que Ardi. Il nous en apprend ainsi davantage sur nos origines. Il aura notamment permis de remettre en cause certaines idées sur ses cousins éloignés de l’Homo sapiens moderne. « Ce que Little Foot nous montre, c’est que l’image représentée dans nos livres de nos ancêtres marchant à quatre pattes puis se relevant progressivement est totalement fausse », note le chercheur. Les mains de cet australopithèque étaient en effet très proches de celles des humains, et ses jambes plus longues que ses bras. »

« Nos ancêtres se tenaient déjà debout lorsqu’ils vivaient dans les arbres et lorsqu’ils en sont descendus, ils marchaient debout », poursuit le chercheur, « Little Foot n’est jamais passé par l’étape du singe, avec des longs bras et des longues mains ». L’observation de ses dents lui a également permis d’affirmer que Little Foot était une femme âgée « d’environ 30 ans », qui mesurait environ 135 centimètres de haut.

Source