in

Voici à quoi ressemblaient les fruits et légumes il y a des milliers d’années avant qu’ils ne soient cultivés

La prochaine fois que vous mordez dans une tranche de pastèque, ou une carotte, considérez ceci : cet aliment ne ressemblait pas forcément à ça il y a plusieurs milliers d’années. Il n’avait pas non plus le même goût.

Les aliments génétiquement modifiés, ou OGM, inspirent de fortes réactions de nos jours, mais les humains peaufinent la génétique de nos produits préférés depuis des millénaires. Alors que les OGM peuvent impliquer l’épissage des gènes d’autres organismes (comme les bactéries) pour donner aux plantes les caractéristiques désirées – comme la résistance aux ravageurs, la culture sélective est un processus plus lent, mais qui a tout de même fait ses preuvres. Des bananes à l’aubergine, voici quelques-uns des aliments qui semblaient totalement différents avant que les humains n’entament leur culture.

Ci-dessous la pastèque sauvage

Crédits : Alvaro / Wikimedia Commons

Et ci-dessous la pastèque « moderne »

Crédits : Scott Ehardt / Wikimedia

Nous avons au-dessus une peinture du 17e siècle signée Giovanni Stanchi. La pastèque avait alors un aspect complètement différent. On peut notamment y voir des formes tourbillonnantes  encastrées en six compartiments. Au fil du temps, les agriculteurs ont cultivé les pastèques dans le but d’obtenir une chair plus rouge et plus charnue. Nous pourrions alors penser que la pastèque peinte ci-dessus n’était pas mûre, mais les graines noires suggèrent que si.

La banane sauvage

Crédits : geneticliteracyproject.org

Comparée à la banane « moderne »

Crédits : Domiriel / Flickr Creative Commons

Les premières bananes ont été cultivées il y a entre 7 000 et 10 000 ans dans ce qui est aujourd’hui la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les bananes modernes proviennent toutes de deux variétés sauvages, Musa acuminata et Musa balbisiana qui, comme vous pouvez le voir ci-dessus, avaient de grosses graines dures. Rien à voir avec les bananes d’aujourd’hui. Celle-ci est aujourd’hui plus facile à peler, a meilleur goût et est remplie de nutriments.

L’aubergine sauvage

Crédits : geneticliteracyproject.org

Et les aubergines actuelles

Crédits : YoAmes / Flickr

Tout au long de leur histoire, les aubergines sont passées par un large éventail de formes et de couleurs, telles que le blanc, l’azur, le violet et le jaune comme ci-dessus. Les tiges présentaient également des épines. La culture sélective s’est aujourd’hui débarrassée des épines, les aubergines sont plus grosses et de couleur beaucoup plus foncée, du moins pour cette espèce.

La carotte sauvage

Crédits : geneticliteracyproject.org

Comparée à nos belles carottes oranges

Crédits : TTL media / Shutterstock.com

Les premières carottes connues ont été cultivées au 10e siècle en Perse. Celles-ci étaient à l’origine de couleur pourpre ou blanche avec une racine fourchue. Elles ont depuis perdu leur pigment pourpre pour finalement virer vers le orange. Elles étaient plus savoureuses ainsi.

Le maïs d’autrefois

Crédits : geneticliteracyproject.org

Et le maïs moderne

Crédits : Rosana Prada / Flickr

L’exemple le plus emblématique de la culture sélective est peut-être le maïs doux nord-américain. Le maïs naturel (première photo) a été domestiqué pour la première fois en 7 000 av. J.-C. Le goût ressemblait alors à celui d’une pomme de terre crue. Aujourd’hui le maïs est 1 000 fois plus gros qu’il y a 9 000 ans. Il est également beaucoup plus facile à éplucher et à faire pousser. En outre, 6,6 % de celui-ci est composé de sucre contre seulement 1,9 % dans le maïs naturel. Environ la moitié de ces changements sont survenus depuis le 15e siècle lorsque les colons européens ont commencé à le cultiver.

Source