in ,

VIDEO : quand un exterminateur s’attaque à un nid de guêpes géant

Capture Youtube / Stinger Creations

Jude Verret, exterminateur et apiculteur depuis 20 ans, a récemment filmé l’impressionnant moment où il a dû débarrasser un cabanon d’un nid de guêpes géant, en Louisiane.

Si vous avez peur des insectes volants, passez votre chemin. Jude Verret, apiculteur depuis 20 ans et exterminateur agréé depuis 12 ans, publiait il y a quelques jours sur sa chaîne YouTube une série de vidéos montrant la destruction d’un gigantesque nid de guêpes, à Patterson, en Louisiane, aux États-Unis. L’énorme colonie s’était installée dans un cabanon de jardin. Dans cette vidéo filmée avec une caméra GoPro, l’homme nous montre l’étendue du nid, construit à partir de fibres végétales mâchées, collées minutieusement jusqu’à ce qu’elles ressemblent à une pile de carton recyclé. Ici tout est englouti, fait partie des fondations, des boîtes de rangement aux outils de jardinage. L’extermination du nid aura au total duré 45 minutes.

Selon Jude Verret, il s’agissait ici d’un nid de guêpes jaunes (Vespula squamosa), une espèce commune que vous retrouverez dans les États du sud des États-Unis, à l’est du Mexique et au Guatemala, connue pour construire des nids énormes dans des endroits isolés, et qui peuvent survivre pendant plusieurs années en raison du climat plus chaud du sud. Cette espèce se nourrit d’insectes, de carcasses d’animaux et ne produit pas de miel. Celles-ci ne doivent pas être confondues avec les frelons européens (Vespa crabro), qui lui ressemblent physiquement. L’expert a également précisé ne pas avoir été piqué une seule fois. Une chance, puisque même en portant systématiquement un équipement de protection complet, l’expert assure se faire piquer au moins une ou deux fois à chaque intervention. Ici, cinq ou six piqûres auraient été fatales.

Une fois son travail terminé, l’homme a tenu a s’allonger à côté de son « butin », de quoi nous faire prendre conscience, si ce n’était pas déjà fait, de la taille du nid décomposé.

Crédits : Jude Verret

Source