in ,

Japon : un personnage virtuel reçoit le statut officiel de résident d’un quartier de Tokyo

Crédits : AFP / Shibuya Ward of Tokyo

Après l’Arabie Saoudite, le Japon fait de parler de lui en matière de délivrance de papiers officiels à un robot. Mirai est une intelligence artificielle à l’apparence d’un petit garçon et celui-ci a reçu le statut officiel de résident d’un quartier de la capitale japonaise il y a quelques jours.

Il y a peu, l’Arabie Saoudite a officiellement donné la nationalité à un robot féminin nommé Sophia. Il s’agit d’un robot social capable de reconnaitre les visages et de reproduire 62 expressions humaines. Cette initiative a beaucoup faire réagir dans ce pays où les droits humains, notamment ceux des femmes, sont très réduits et contrôlés. Les critiques concernent également l’aspect technique de Sophia, pas vraiment révolutionnaire, ainsi que la possibilité qu’il ne s’agisse que d’un simple coup de communication.

L’initiative japonaise semble en revanche davantage relever de l’action sociale et de la bonne volonté. Le 4 novembre 2017, une intelligence artificielle s’est vue accorder le statut officiel de résident du quartier de Shibuya a Tokyo. Baptisée Mirai (signifiant « futur »), cette I.A. prend l’apparence d’un petit garçon de 7 ans, comme l’indique l’AFP.

Crédits : Pixabay / MustangJoe

Mirai n’est cependant qu’une I.A. virtuelle et n’a pas de corps physique comme c’est le cas de Sophia mais est présente sur l’application de messagerie LINE. Ainsi, celle-ci est capable d’entretenir des conversations avec des humains. Shibuya, connu pour être un temple de la mode et un quartier très animé, désirait faire de Mirai le premier robot du Japon ayant une identité réelle.

Au-delà des conversations entretenues avec les humains, Mirai prend des photos et autres selfies qu’il modifie comme le ferait un vrai japonais. Selon un responsable du quartier, Mirai a pour but de se familiariser avec les 224 000 habitants du district et d’aider les autorités à recueillir les opinions sur le quartier afin de permettre au gouvernement local de tendre vers une meilleure gestion, une initiative qui semble appréciée.

Sources : Le FigaroFuturism