in

Les ouvriers d’une usine Ford testent un exosquelette pour réduire la pénibilité du travail

Crédits : Ekso Bionics / Ford

Les ouvriers de la chaîne d’assemblage Ford située à Dearborn, dans le Michigan aux Etats-Unis, testent actuellement une nouvelle technologie d’exosquelette permettant de réduire les risques de fatigue ou de blessure lors de l’exécution de tâches aériennes.

Changer une ampoule ou mettre de la vaisselle sur une étagère en hauteur n’a semble-t-il rien de compliqué. Mais que diriez-vous d’effectuer cette tâche 4 600 fois par jour ? C’est le nombre approximatif de fois où certains travailleurs de chaîne d’assemblage Ford lèvent leurs bras pour réaliser leurs tâches de travail en hauteur. À ce rythme, la possibilité de fatigue ou de blessure sur le corps augmente considérablement.

Alors, pour éviter cela, Ford a établi un partenariat avec la société californienne Ekso Bionics pour tester et équiper les ouvriers de la chaîne de production d’une EksoVest, une nouvelle technologie d’exosquelette du haut du corps. « Mon travail consiste à travailler au-dessus de ma tête, alors quand je rentre à la maison, mon dos, mon cou et mes épaules me font habituellement mal. Depuis que j’ai commencé à porter la veste, je n’ai plus mal et j’ai plus d’énergie pour jouer avec mes petits-fils quand je rentre à la maison« , déclare Paul Collins, un ouvrier de l’usine située dans le Michigan.

Crédits : Pixabay

L’EksoVest permet d’assister les travailleurs dans le port de charges allant de 2 à 6 kilos par bras. Très légère, elle n’encombre en rien les ouvriers ni leurs mouvements. « Travailler en collaboration avec Ford nous a permis de tester et d’affiner les prototypes précoces de l’EksoVest en nous appuyant directement sur les connaissances de leurs employés de production« , a déclaré Russ Angold, cofondateur et directeur de la technologie chez Ekso Bionics. « Le résultat final est un outil portable qui réduit la pression exercée sur le corps du travailleur, réduit les risques de blessures et les aide à se sentir mieux à la fin de la journée, augmentant ainsi la productivité et le moral« .

Le constructeur automobile entend franchir un nouveau palier dans la sécurité de ses employés, après avoir déjà réduit de 83% le nombre d’incidents qui ont entraîné des jours de fermeture, des restrictions de travail ou des transferts d’emplois entre 2005 et 2016.

Source