in

Les utilisateurs des réseaux sociaux auraient 66% de risques en plus de développer des symptômes dépressifs pouvant conduire au suicide

Crédits : Pixabay

Après une amélioration de la courbe des suicides chez les jeunes depuis des décennies, celle-ci est repartie à la hausse aux États-Unis. Ce regain de suicides serait lié aux réseaux sociaux et à la dépression que ces plateformes peuvent engendrer.

Depuis plusieurs dizaines d’années, les suicides et la dépression chez les jeunes de 13 à 18 ans sont en baisse aux États-Unis. Malheureusement depuis 2010, ceux-ci sont à nouveau en augmentation. Il s’agirait d’une situation alarmante, en particulier chez les adolescentes, chez qui le taux de suicide a augmenté de 65% entre 2010 et 2015.

Ces chiffres sont issus d’une vaste étude menée par une équipe de psychologues des universités de San Diego et de Floride (États-Unis) ayant fait l’objet d’une publication dans la revue Clinical Psychological Science le 14 novembre 2017. Ces recherches concernant 506 820 individus ont démontré que les symptômes dépressifs apparaîssent indépendamment de la classe sociale tandis que le nord-est du pays représentait une zone assez épargnée.

Les scientifiques estiment que les causes se situeraient d’une manière générale du coté de l’utilisation des écrans et plus précisément de l’usage des réseaux sociaux, particulièrement anxiogènes. Il a été estimé que pour les adolescents se connectant plus de 5 heures par jour sur les réseaux sociaux, ceux-ci avaient 66% de risques en plus de développer des symptômes dépressifs pouvant conduire au suicide, par rapport à ceux qui les utiliseraient seulement durant une heure.

Les chercheurs ont établi une corrélation entre le regain des suicides et des symptômes dépressifs aux États-Unis avec la démocratisation de l’usage des smartphones et des réseaux sociaux. Autre chiffre : en 2015, 92% des adolescents américains avaient un smartphone.

Ces données sont à mettre en lien avec la théorie interpersonnelle du suicide, stipulant que l’intention et le passage à l’acte suicidaire sont le résultat de plusieurs facteurs tels que l’impression d’être un poids pour son entourage et le fait de se sentir partout mis à l’écart. Effectivement, il s’agit là de sentiments que les réseaux sociaux sont susceptibles d’engendrer ou de favoriser.

Sources : MotherboardSlate