in

L’astéroïde Cérès pourrait renfermer un océan souterrain

Crédits : NASA Jet Propulsion Laboratory

Ce n’est pas une découverte, la recherche de vie extraterrestre est fortement liée à la découverte d’eau dans l’espace. Deux études très récentes estiment qu’il existe peut-être un océan souterrain sur l’astéroïde Cérès. Cette hypothèse a été formulée grâce aux données transmises par la sonde Dawn.

Cérès est la plus petite planète naine reconnue du Système solaire ainsi que le plus gros astéroïde de la ceinture principale. Depuis 2015, la sonde Dawn orbite autour de ce corps céleste et transmet régulièrement des informations au réseau de communication Deep Space Network (DSN) de la NASA. Les scientifiques peuvent mesurer précisément la position et la vitesse de la sonde et lorsqu’un changement se produit, cela traduit une anomalie gravitationnelle donnant des informations sur la densité des structures souterraines de Cérès.

Une première étude, menée par Anton Ermakov du Jet Propulsion Laboratory (JPL) et publiée dans le Journal of Geophysical Research : Planets le 18 octobre 2017, estime que la croûte de Cérès a une densité similaire à celle de la glace. Cependant, celle-ci semble beaucoup plus résistante. Une seconde étude, dirigée par Roger Fu de l’Université Harvard et publiée dans la revue Earth and Planetary Science Letters le 26 octobre 2017, tente d’apporter une explication à ce mystère.

Les chercheurs ont élaboré un modèle de la croûte de Cérès ayant permis à ces derniers de statuer sur sa composition. Celle-ci est donc faite de glace, de sel, de roche et de structures nommées hydroxydes de clathrate, des structures solides et cristallines à base d’eau, ressemblant physiquement à de la glace et renfermant des molécules de gaz. Le fait est que si leur apparence est proche de la glace, leur résistance leur est supérieure de 100 à 1000 fois.

En conclusion, les scientifiques pensent qu’une croûte très solide située à la surface reposerait sur une seconde couche plus molle contenant du liquide et possiblement de l’eau. Ces recherches passionnantes sont à suivre de près et pourraient permettre de faire une découverte incroyable dans un avenir plus ou moins proche.

Sources : Agence Science-PresseThe Daily Mail