in ,

L’alarmante situation de la mer Morte et ses trous d’effondrement

Crédits : Wikimedia Commons

À l’occasion du prochain Forum mondial des sciences, un scientifique relance une alerte concernant les dolines, ces trous d’effondrement impactant la mer Morte et menaçant les infrastructures environnantes.

Le terme géologique « doline » se rapporte aux excavations de forme circulaire pouvant mesurer de dix à plusieurs centaines de mètres de diamètre. Ces formations sont souvent situées dans des régions de relief karstique, c’est-à-dire caractérisées par des sols calcaires érodés. Régulièrement, des trous béants se forment comme ce fut le cas cette année aux États-Unis (état de Géorgie) ou encore en Chine (ville de Beihai).

Or, la mer Morte, bordant Israël, la Palestine et la Jordanie, est sujette à ces dolines (ou trous d’effondrement). Depuis maintenant deux décennies, le professeur Najib Abou Karaki de la Princess Sumaya University for Technology (Jordanie) tente d’alerter sur ce problème et profite du prochain World Science Forum (WSF), qui se déroulera ce mois-ci dans son pays, pour en reparler.

En effet depuis 1997, ce chercheur tente d’alarmer les autorités jordaniennes et israéliennes de cette menace pouvant causer la destruction des infrastructures situées sur les rivages de la mer Morte tels que les bâtiments, maisons, routes et autres ponts. Selon l’expert, le sol pourrait se dérober sous les fondations des édifices et tout détruire en l’espace de quelques semaines.

Crédits : Wikimedia Commons

Il faut savoir que la mer Morte, dont la taille est égale à huit fois celle de la ville de Paris, a un taux de salinité très élevé, à savoir 30 % contre 4 % pour l’eau de mer classique. Cette mer s’assèche depuis des décennies et son niveau baisse, à tel point que sa superficie s’est réduite d’un tiers en 50 ans.

La mer Morte est alimentée par le fleuve Jourdain mais celui-ci est massivement exploité pour l’irrigation et les usages domestiques. Ainsi, la mer s’évapore inexorablement. D’ailleurs, il s’agit du point le plus bas de la terre ferme, situé à -432 mètres (contre -392 il y a 60 ans).

Selon Najib Abou Karaki, la mer Morte recule et laisse à l’air libre des zones où de l’eau douce s’infiltre, atteignant les sous-sols gorgés de sel sous forme de cristaux. Ceci a pour effet de former « des cavités qui s’effondrent quand leurs couvertures deviennent trop faibles ». L’intéressé indique qu’il est impossible de lutter contre la nature en marche et qu’il faut étudier la cartographie de la région puis interdire les constructions sur les zones touchées. Par ailleurs, le projet de construction d’un canal entre la mer Morte et la mer Rouge, située plus au sud, a été stoppé.

Sources : Sciences et AvenirThe Times Of Israel