in

Lancement du premier satellite d’Asgardia, la première « nation de l’espace »

Crédits : Asgardia

La nation autoproclamée Asgardia a officiellement quitté la planète Terre. Celle-ci a tout récemment envoyé un cubesat à bord de la capsule non habitée Cygnus.

Après une journée de retard, la société américaine Orbital ATK a envoyé dans l’espace, ce dimanche 12 novembre 2017, sa capsule non habitée baptisée Cygnus. Sa mission est de rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) afin de ravitailler celle-ci en lui livrant 3 300 kilogrammes de nourriture, de matériels et autres fournitures à destination des astronautes.

À bord de Cygnus se trouvait également un cubesat, un nanosatellite dont le volume est d’un litre. Celui-ci, nommé Asgardia-1, appartient à la première nation de l’espace autoproclamée du nom d’Asgardia, tirant son nom d’Asgard, une ville mythologique nordique sur laquelle régnait le dieu Odin.

Il s’agit d’un projet étonnant de la part de cette nation (ou plutôt royaume) de l’espace crée le 12 octobre 2016 et déclarant un peu plus de 270 000 habitants à travers le monde. Alors que le site officiel d’Asgardia invite les visiteurs à s’inscrire pour obtenir la citoyenneté, le but est de faire une demande de reconnaissance d’un état de la part des Nations Unies.

L’initiative provient d’Igor Ashurbeyli, un homme d’affaires et scientifique russe fondateur du Centre international de recherche aérospatiale (Vienne). Ce dernier, se proclamant président du comité des sciences de l’espace de l’UNESCO, est parvenu à rallier certains scientifiques à sa cause tel que Ram Jakhu, directeur de l’Institut de droit aérien et spatial de l’Université McGill (Canada), comme l’explique le Business Insider UK.

Crédits : Wikimedia Commons

Il faut savoir qu’Argadia possède ses propres lois, son gouvernement et son parlement, bien que tout cela se déroule en ligne sur les forums dédiés. C’est lors de sa création que l’annonce de l’envoi d’un satellite autour de la dernière dans les 18 mois à venir avait été lancée, et cette première mission a donc été remplie.

Le nanosatellite Asgardia-1 a la fonction de conserver les données de ses citoyens loin de notre planète. Cependant, comme l’indique CNET, les conditions pour devenir citoyen d’Asgardia sont soumises à des lois bien de chez nous. Cependant, cette nation de l’espace autoproclamée désire s’émanciper et « démocratiser l’espace ». Le projet d’envoi d’un cubesat dans l’espace relève donc d’une sorte d’expérience politique mais également scientifique.

En effet, les membres fondateurs ont déclaré « vouloir créer une plateforme pour assurer la protection de la planète Terre », à savoir les météorites et les débris spatiaux. Il s’agit également d’encourager des expériences scientifiques dont la nature reste inconnue et, à terme, créer une station spatiale « où les personnes peuvent vivre, travailler, avoir leurs propres lois et régulations. »

Évidemment, cette nation n’a été reconnue à ce jour par aucun état. Néanmoins, les membres fondateurs ont espoir que leur voix soit entendue car leur cubesat refera bientôt parler de lui. En effet, dans un mois, celui-ci décollera de l’ISS pour monter encore plus haut dans l’espace et se placer en orbite autour de la Terre.

Sources : Business InsiderCNETMashable