in

La Chine annonce le lancement d’un avion spatial réutilisable en 2020

Crédits : Pixabay

Les médias chinois rapportent un projet spatial visiblement très avancé, le lancement d’ici trois ans d’un avion-navette spatiale, utilisable par exemple pour la rotation des équipages et le transport de fret à destination de la Station spatiale chinoise.

La Chine semble frapper un grand coup dans le domaine spatial. Au cours de ces derniers jours, les médias locaux, notamment relayés par futura sciences, rapportent une déclaration de la CASTC (China Aerospace Science and Technology Corporation), annonçant le lancement d’un avion spatial réutilisable en 2020. Un lancement à venir dans les trois prochaines années donc, un stade très avancé pour encore peu d’informations publiques.

Deux projets de ce type ont déjà été présentés par la Chine. Il y a d’abord l’avion spatial Teng Yun, présenté lors de la conférence internationale Global Space Exploration 2017, qui s’est tenue à Pékin, annoncée pour 2030. Il y a également toute une famille d’avions spatiaux et suborbitaux réutilisables, dévoilée en septembre 2016 lors du 67e congrès international d’astronautique, qui s’est tenu au Mexique. Mais cet avion spatial, dont le lancement est prévu pour 2020, semble différent de ces deux exemples, notamment en termes de performances, de méthode de décollage, ou de missions.

Si l’on ne sait encore que peu de choses à propos de cet avion, on sait déjà qu’il sera réutilisable. La principale surprise réside dans son mode de décollage, à l’horizontale, une première mondiale. Cet avion-navette spatiale utilisera deux types de motorisation, à savoir un statoréacteur pour atteindre les couches supérieures de l’atmosphère et un moteur-fusée, pour se mettre en orbite basse autour de la Terre (entre 300 et 500 kilomètres d’altitude).

Cet avion réutilisable devrait être employé pour une grande diversité de missions, par exemple la rotation des équipages ou le transport de fret à destination de la Station spatiale chinoise, laquelle sera mise en service au même moment que cet avion. Mais le tourisme spatial à bord de cet engin n’est absolument pas à exclure.