in

Le 16 décembre, l’astéroïde Phaéton fera son passage le plus proche de la Terre depuis 1974

Crédits : NASA Jet Propulsion Laboratory

Dans la foulée de la pluie d’étoiles filantes des Géminides, dont le pic aura lieu à la mi-décembre, l’astéroïde Phaéton, un corps céleste de 5 kilomètres, fera son passage le plus proche de la Terre depuis 1974.

L’astéroïde 3200 Phaéton (1983 TB), Phaéton pour les intimes, découvert en 1983, est le troisième plus gros astéroïde potentiellement dangereux pour la planète Terre. Le 16 décembre prochain, ce corps céleste de 5 kilomètres « frôlera » la Terre, effectuant un passage à quelque 10 millions de kilomètres, soit près de 27 fois la distance Terre-Lune. La prochaine fois que la distance entre la Terre et Phaéton sera aussi faible, ce sera en 2093.

Cette distance est idéale. Elle est à la fois suffisamment éloignée pour ne représenter aucun danger pour notre planète et suffisamment proche pour que les astronomes puissent dresser un portrait plus détaillé de Phaéton. « Nous espérons obtenir des images détaillées avec des résolutions aussi fines que 75 m par pixel à Goldstone et 15 m par pixel avec Arecibo. Les images devraient être excellentes pour obtenir un modèle 3D détaillé », explique l’équipe de l’antenne de Goldstone, située dans le désert des Mojaves en Californie, aux États-Unis.

Deux jours avant, dans la nuit du 13 au 14 décembre, ce rapprochement rare nous offrira la superbe pluie d’étoiles filantes des Géminides, l’une des plus belles de l’année. En effet, Phaéton est considéré comme le corps-parent de cet essaim météoritique. Actif entre le 7 et le 17 décembre, cet essaim météorique a plusieurs fois offert aux observateurs des pics de 160 météores par heure à son maximum. Pour cette nuit du 13 au 14 décembre, le minimum prévu est de 120 météores par heure, dans une nuit où la Lune brillera par son absence, de quoi offrir une vision idéale.

Les Géminides doivent leur nom à la position du radiant au sein des Gémeaux. Située au-dessus d’Orion, la constellation est très haute dans le firmament au cœur des nuits d’hiver, aux latitudes moyennes.

Source