in

Les volcans sont-ils plus polluants que l’activité humaine ?

Crédit : Wikilmages / Pixabay

Face à la forte augmentation de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, les scientifiques sont allés pointer du doigt l’activité volcanique de la planète Terre. Les volcans auraient-ils une réelle influence sur le climat et seraient-ils plus polluants que l’activité humaine ? 

La planète Terre est sujette à une forte activité volcanique qui module son paysage et son atmosphère ! Les éruptions résultant d’une montée de magma provoquent des rejets de cendre, de poussières et aussi de gaz. Parmi ces derniers, on dénombre le soufre, certains gaz halogènes, de la vapeur d’eau et surtout du dioxyde de carbone (CO2).

Il a été démontré que les particules émises dans l’atmosphère par une éruption volcanique avaient une réelle influence sur le climat terrestre. En très grande quantité, elles arrivent à obstruer le passage de la lumière du soleil et peuvent provoquer à grande échelle de lourds dérèglements climatiques aux nombreuses répercussions. Vous n’étiez pas nés à cette époque, mais le 10 avril 1815, le volcan Tombora est entré en éruption. Deux mois plus tard, sonne la défaite napoléonienne de Waterloo due à un hiver beaucoup trop froid et à une année sans été. La fin de l’Empire napoléonien peut donc être vue comme l’une des conséquences de cette puissante éruption volcanique !

Crédits : StockSnap /Pixabay

Le dioxyde de carbone est un gaz à effet de serre très polluant et les volcans seraient responsables de l’émission de 130 à 230 millions de tonnes par an ! Vous trouvez ce chiffre énorme ? Sachez que l’homme rejette près de 27 milliards de tonnes de CO2 par an, soit 130 fois plus que l’intégralité des volcans présents sur la planète. C’est aussi beaucoup plus qu’une seule éruption de super-volcan, souvent responsable de crises biologiques et cataclysmiques majeurs ! La dernière en date s’est produite en Nouvelle-Zélande, il y a 26 000 ans. Ces éruptions massives sont la cause de l’extinction de nombreuses espèces liées à des changements climatiques extrêmes. Aujourd’hui, c’est l’activité humaine qui en prend le relais.

Source