in

La ville de Paris adopte une stratégie de « résilience » pour le siècle en cours

Crédits : Pexels
Crédits : Pexels

La capitale française désire faire face aux chocs du futur liés à l’environnement, le climat, la société ainsi que l’économie. Pour ce faire, Paris s’est dotée d’une stratégie composée d’idées fortes incluant une gouvernance participative et une coopération avec les territoires environnants.

« La résilience urbaine est la capacité d’un territoire à anticiper, survivre et se développer quels que soient les chocs (attaque terroriste, inondation majeure, canicule, etc.) et les stress chroniques (du logement, de l’emploi, migratoire, climatique, etc.) auxquels il est et sera confronté dans les décennies à venir », peut-on lire sur la page Paris Résilient du site officiel de la ville de Paris.

La liste de mesures de développement territorial que la capitale veut adopter pour se prémunir du futur est très longue. Celle-ci inclut entre autres des plantations d’arbres sur le boulevard périphérique, des cours d’écoles mutées en jardin, un aménagement de l’espace public pour les fêtes de voisinage, la continuité des services publics en cas de crise, la création d’un réseau de secouristes bénévoles en cas de nouvelle attaque terroriste ou encore organiser une mobilisation citoyenne pour l’accueil des réfugiés.

Ainsi, afin de faire face aux problèmes du siècle en cours, 42 projets devront être menés à bien. La ville de Paris devra surtout entamer des politiques sectorielles d’un point de vue technique concernant par exemple l’eau, les déchets, l’énergie et d’un point de vue social au niveau de la scolarité, la santé et la précarité. Le but ultime est de faire de Paris un « ensemble soit plus solide et plus cohérent lorsqu’une crise intervient », comme l’indique Sébastien Maire, haut responsable administratif de la résilience à la Mairie de Paris.

La résilience urbaine est en quelque sorte une sorte de médecine préventive pour éviter certains maux à venir. La capitale a par exemple fait beaucoup de progrès afin de diminuer les impacts des crues de la Seine. Cependant, au niveau de la qualité de l’air et des épisodes de canicule imputés au réchauffement climatique, la tâche s’avère être plus compliquée. Il s’agit donc de combattre les îlots de chaleur (ICU) et transformer le boulevard périphérique en le rendant plus vert et retravailler les neuf autoroutes convergeant vers Paris.

Le plan intègre également les territoires ruraux entourant la capitale. Par exemple, en partant du constat que Paris n’a une autonomie alimentaire de quatre jours seulement, le but de la municipalité est de renforcer la ceinture maraîchère existante et développer l’agriculture urbaine. Il y a également une question de mobilité afin de réduire la présence de l’automobile. Par ailleurs, les nouvelles constructions devront intégrer des éléments touchant par exemple à l’énergie durable et à la mixité sociale.

Voici quelques vignettes éditées par la ville de Paris afin de présenter simplement sa stratégie de résilience :

Crédits : Ville de Paris
Crédits : Ville de Paris
Crédits : Ville de Paris
Crédits : Ville de Paris
Crédits : Ville de Paris
Crédits : Ville de Paris

Sources : Sciences et AvenirLe Monde