in

Mégastructure extraterrestre ? Essaim de comètes ? On en sait plus sur les fluctuations de lumière de l’étoile de Tabby

Crédits : NASA/JPL-Caltech

Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer les étranges fluctuations de luminosité de l’étoile de Tabby (KIC 8462852). L’une d’elles avance même la présence d’une mégastructure extraterrestre construite autour de l’étoile dans le but de siphonner son énergie. Mais selon une étude, des poussières circumstellaires seraient finalement responsables même si elles n’expliquent pas tout.

Le mystère de KIC 8462852 (l’étoile de Tabby) continue d’exciter la communauté scientifique. Les baisses de luminosité parfois importantes et irrégulières de l’étoile n’ont de cesse d’intriguer les astronomes. Depuis les premières observations en octobre 2015, diverses explications ont été proposées, y compris le passage d’un essaim cométaire, la présence d’une planète de type Saturne ou même une mégastructure extraterrestre ! Face à cette dernière spéculation, de nombreuses études ont été menées dans le but de trouver une explication naturelle au comportement de l’étoile. La dernière nous vient d’une équipe internationale de chercheurs menée par l’astronome Tabetha Boyajian. Selon ces travaux récemment publiés dans The Astrophysical Journal, ces baisses de luminosité sont probablement le résultat d’un nuage de poussière en orbite autour de l’étoile.

Dans le cadre de leur étude, les chercheurs ont ici consulté les données obtenues par le Spitzer Space Telescope de la NASA et la Swift Gamma-Ray Burst entre janvier et décembre 2016. Tandis que Spitzer observait l’étoile dans l’infrarouge, Swift s’occupait de l’ultraviolet. Ils ont alors découvert que les gradations étaient moins visibles dans les bandes infrarouges que dans l’ultraviolet. Ils en concluent que c’est une forte indication que les composants du matériel en transit devant l’étoile ne sont probablement pas plus grands que quelques micromètres de diamètre, car « quelque chose de plus grand rendrait la lumière aussi faible dans toutes les longueurs d’onde ». Ces nouveaux résultats semblent donc écarter toute origine extraterrestre. Au lieu de cela, les chercheurs suspectent ici la présence « d’un nuage de poussière autour de l’étoile avec une période orbitale d’environ 700 jours ».

L’équipe de recherche note également que ces particules doivent être plus grandes que les poussières interstellaires. Sinon, la pression causée par le vent solaire de KIC 8462852 entraînerait l’épuisement de ces particules dans l’espace. « Un disque circumstellaire de particules de poussière serait non seulement capable de rester en orbite, mais aussi d’expliquer les changements inégaux dans la luminosité de l’étoile », expliquent-ils.

Naturellement, d’autres observations et recherches seront nécessaires pour confirmer cette dernière étude, mais jusqu’à présent, c’est la meilleure explication offerte pour expliquer ces baisses de luminosité. L’étude fournit en revanche ici une explication convaincante pour les fluctuations de luminosité sur le long terme, mais n’élude pas les petites baisses erratiques de l’étoile (jusqu’à 20 % de la lumière de l’astre). Alors, peut-être que des comètes sont finalement impliquées ou qu’il y a bien une exoplanète ?

Source