in

Des millions de micro-explosions à la surface du Soleil ?

Crédits : Nasa

Pourquoi la surface du Soleil, où la température atteint les 5 500 degrés celcius, est-elle des milliers de fois plus froide que la « couronne solaire », où la température atteint plusieurs millions de degrés ? Des millions de micro-explosions à la surface du Soleil pourraient expliquer ces températures vertigineuses.

Pourquoi la couronne solaire est-elle beaucoup plus chaude que les régions situées juste au-dessous ? Avez-vous déjà essayé de faire bouillir de l’eau en posant une casserole sur un bloc de glace ? La température de surface de notre étoile est d’environ 6.000 kelvins mais celle de la couronne, la partie principale de son atmosphère qui s’étend sur des millions de kilomètres, dépasse, elle, le million de degrés. Pourquoi ? Véritable casse-tête, cette vieille énigme semble être résolue grâce aux observations de missions spatiales étudiant le Soleil. En cause : des millions de nano-explosions agissant de concert et créant des poches de plasma extrêmement chaudes.

Cette idée avait déjà été proposée dans les années 1960, et bien qu’elle ait été étudiée depuis, il a toujours été difficile de détecter ces micro-explosions légères qui semblent onduler à travers la photosphère des milliers de fois par seconde. Une nouvelle étude menée par Shin-nosuke Ishikawa, de la Japan Aerospace Exploration Agency, nous livre aujourd’hui un aperçu de ce phénomène. Le programme FOXSI (Focusing Optics X-ray Solar Imager) développé par l’université du Minnesota (Etats-Unis), la Nasa et l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise, consiste en effet à étudier les radiations émises par la couronne solaire au moyen de télescopes à rayons-X lancés depuis la Terre. Un premier engin avait été lancé en novembre 2012, mais une seconde fusée lancée en 2014 – équipée d’instruments 100 plus sensibles – a permis de comprendre les mécanismes en cours.

Les télescopes de FOXSI-2 ont enregistré, en effet, une région de la couronne solaire où la température atteint les 10 millions de degrés. Pourtant, aucune activité visible n’avait été détectée à cet endroit au même moment. Les chercheurs suggèrent alors la présence de milliers de nano-explosions, un million de fois moins intenses que les éruptions solaires, agissant de concert et créent des poches de plasma extrêmement chaudes. Ces explosions n’ont pour l’heure pas été observées directement, mais les chercheurs comptent s’appuyer sur la fusée FOXSI-3 – dont le lancement est prévu en août 2018 – pour les étudier plus en détail. De quoi comprendre ce qui se cache derrière l’atmosphère la plus chaude du système solaire.

Les résultats sont rapportés dans Nature Astronomy.

Source