in ,

Découverte des gènes impliqués dans la couleur de la peau : la notion de race encore une fois réfutée !

Crédit : iStock

Les différences pigmentaires au sein de la même espèce qu’est l’homme furent une réalité difficilement acceptable pour l’humanité. Cette dernière a longtemps rattaché la couleur de peau à la notion de race. Les gènes impliqués dans la pigmentation de la peau étaient jusqu’à maintenant peu identifiés, mais de nouvelles recherches viennent aujourd’hui étayer l’origine pigmentaire de l’homme, et elle serait africaine !

Les dernières recherches effectuées sur les gènes impliqués dans la couleur de la peau n’avaient été effectuées que sur des populations européennes. Pourtant, on retrouve même des différences de teinte au sein des populations noires d’Afrique. Les chercheurs de l’Université de Pennsylvanie ont donc tenté d’identifier les gènes responsables de cette diversité, et à leur grande surprise, les précédentes informations génétiques obtenues grâce à l’étude des populations occidentales à la peau blanche ne seraient que des variants de gènes originaires d’Afrique !

Pour arriver à une telle conclusion, l’équipe de scientifiques s’est tout d’abord intéressée à la réflectance de la peau de plus de 2000 Africains. Ils ont pu définir des différences de teintes concrètes entre les populations d’Afrique de l’Est dont la couleur de peau est beaucoup plus sombre et la population de chasseurs-cueilleurs San d’Afrique australe à la peau beaucoup plus claire. Ils ont ensuite étudié le génome de 1600 Africains et y ont identifié quatre gènes impliqués dans la couleur de peau.

Crédits : Pixabay/Free-photos

L’un des gènes, dénommé SLC24A5, avait déjà été identifié comme étant impliqué dans la couleur de peau claire des populations européennes et d’Asie du sud. Il fut aussi retrouvé chez les populations éthiopiennes et tanzaniennes d’Afrique connues pour détenir des ancêtres en Occident et en Asie. Le gène SLC24A5 des populations occidentales daterait d’il y a 30.000 et serait un variant du gène originel importé d’Afrique.

Les variations génétiques observées se sont développées au fil de mutations apparues dans un but d’adaptation. En effet, les mouvements de populations en provenance d’Afrique ont engendré des changements d’environnements auxquels l’homme a dû s’adapter. Les premiers variants pigmentaires seraient apparus il y a 300 000 ans et découleraient tous de gènes responsables à l’origine d’une peau claire.

De ce fait, Sarah Tishkoff, professeure à l’université de Pennsylvanie, explique : « il est donc logique que la couleur de la peau chez les ancêtres des humains modernes ait pu être relativement claire. Il est probable que lorsque nous avons perdu les poils couvrant nos corps et que nous nous sommes déplacés des forêts vers la savane ouverte, nous avions besoin d’une peau plus foncée. » Ainsi, l’étude réfute une nouvelle fois la notion de race et démontre une diversité pigmentaire au sein même du berceau africain d’où les variants génétiques responsables d’une peau claire sont tout d’abord apparues.

Source