in

Découverte de crapauds décapités dans un tombeau vieux de 4 000 ans

La jar remplie d'os de crapaud. Crédits : Zohar Turgeman-Yaffe, Autorité des antiquités d'Israël

Surprise à Jérusalem : une tombe vieille de 4 000 ans contenant les minuscules os d’au moins neuf crapauds vient d’être découverte. Ils avaient tous été décapités avant d’être placés à l’intérieur. Il s’agit probablement une offrande pour un défunt.

L’Autorité des antiquités d’Israël (AAI) annonçait lundi la découverte des dépouilles d’au moins neuf crapauds décapités dans un récipient à l’intérieur d’une tombe datant de 4 000 ans à Jérusalem. D’après les chercheurs, les dépouilles feraient partie d’une offrande pour un défunt qui devait les utiliser dans l’au-delà dans le cadre d’un rite funéraire. Pour Shua Kisilevitz et Zohar Turgeman-Yaffe, principaux acteurs des recherches, le fait de trouver des tombeaux intentionnellement scellés est un « trésor inestimable » expliquant qu’ils agissent comme une sorte de « capsule historique » qui met en lumière les coutumes funéraires de l’époque.

Le tombeau en question était l’une des 67 tombes retrouvées il y a peu dans le bassin de Nahal Repha’im, peuplé pendant la période cananéenne. Les archéologues ont en effet découvert deux sites de colonisation, deux temples et un certain nombre de cimetières dans la région. Si des bocaux funéraires contenant des offrandes de nourriture pour assurer la subsistance des morts sont plutôt communs, trouver des crapauds à l’intérieur l’est en revanche beaucoup moins. D’autres tombeaux ont révélé une variété d’offrandes alimentaires telles qu’une chèvre, des bœufs et une gazelle laissés pour les morts, ainsi que des lampes et des amulettes.

Par ailleurs, avant que les jarres ne soient installées dans la tombe, celles-ci semblent avoir été en contact avec des plantes qui n’étaient pas originaires de la région, « ce qui suggère que ces dernières ont été plantées spécialement pour la réalisation des rituels funéraires », a expliqué le Dr Dafna Langgut de l’université de Tel-Aviv. L’équipe présentera ses recherches le 18 octobre prochain lors d’une conférence régionale tenue à l’Université hébraïque de Jérusalem.

Source