in

Les bébés détecteraient la peur sur un visage dès l’âge de 3 mois et demi !

Crédit : tookapic / Pixabay

La peur est indispensable à notre survie, elle nous a permis de traverser les siècles en nous forçant à répondre aux dangers extérieurs. Cette émotion, généralement absente de l’environnement des nouveau-nés, leur est pourtant facilement détectable. Ce processus a-t-il une origine innée ? C’est ce que tente de nous apprendre une nouvelle étude comportementale sur la réactivité des bébés.

Les scientifiques s’accordaient déjà pour dire que les comportements de peur retenaient beaucoup plus l’intention des nouveau-nés de 5 à 7 mois que de simples sourires. De nouveaux résultats publiés dans la revue scientifique Proceedings of the Royal Society Part B : Biological Sciences par des chercheurs du laboratoire de psychologie et neurocognition de l’Université Grenoble Alpes (CNRS), viennent s’ajouter au phénomène : le processus de détection des signaux de peur apparaitrait dès l’âge de 3 mois et demi.

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs français ont dû mettre en place une méthode spécifique pour évaluer les préférences visuelles des nouveau-nés. L’expérience comportementale s’est réalisée sur des bébés de trois mois et demi, six et douze mois et consistait à présenter aux nourrissons des visages dits « bruités », c’est-à-dire des visages floutés, pixelisés et granuleux et de simples bruits visuels caractérisés par des images composées de taches. La direction du premier regard et les préférences visuelles furent sans surprise : les visages attiraient beaucoup plus le regard des nouveau-nés même si cette interaction tendait à diminuer quand les visages présentés étaient de plus en plus bruités.

Crédits : Laurie Bayet et Department of Clinical Neuroscience, Section of Psychology, Karolinska Institutet, Stockholm, Suède.

Après avoir établi un lien d’attirance entre le regard des nouveau-nés et le visage d’un individu lambda, les chercheurs ont voulu rajouter une nouvelle variable à l’expérience : l’émotion du visage. En présentant à la fois des visages souriants et des visages de peur, ils se sont rendu compte que dès l’âge de 3 mois et demi, les bébés se tournaient avec beaucoup plus de facilité vers des visages arborant une expression de peur !

Cette découverte est en lien avec la notion importance  de la survie de l’espèce humaine. Il reste maintenant à découvrir quelles parties du visage tendent à préparer les nouveau-nés à faire face aux dangers.

Source